Culture & coronavirus : une vente aux enchères solidaires pour les artistes de Saint-Etienne

© Jean-Marc Cerino
Aveugles ou L’inconnu qui vient, (Robert Capa), avril 2020
brou de noix sur film polyester
© Jean-Marc Cerino Aveugles ou L’inconnu qui vient, (Robert Capa), avril 2020 brou de noix sur film polyester

Expositions annulées, certaines galeries encore fermées ou évènements reportés, beaucoup d'artistes plasticiens sont sans revenu. Pour pallier cette baisse d’activité et de ressources, une vente aux enchères d’oeuvres en ligne vient d’être lancée par l’association stéphanoise Escap’Arts.
 

Par Vincent Diguat

Depuis le début de la pandémie, bon nombre d’artistes ont vu leurs revenus s’effondrer et leur activité réduite à néant. L’idée d’une vente aux enchères sur internet est née pendant le confinement.

Patricia Giardi, présidente de l’association Escap’Arts et galeriste à Saint-Etienne, a sollicité l’étude Brossat pour mettre en oeuvre des enchères en ligne. 140 plasticiens ont répondu à l’appel et jusqu’au 30 mai autant d’oeuvres sont accessibles avec une mise à prix initiale de 50 euros.
 

"Cette vente permet à des amateurs, collectionneurs ou à des galeries d’acheter des dessins de qualité à un prix attractif. La plupart des artistes vivent dans l’agglomération stéphanoise mais il y également des artistes natifs de la ville et reconnus internationalement comme Philippe Favier ou Pierre Pinoncelli qui, par solidarité, participent explique Christian Jeanpierre de l’étude et co-organisateur de la vente.


Via le portail Drouot online, les artistes exposent leur travail. Dessins, aquarelles, huiles, photographies ou eaux fortes, chaque oeuvre respecte le format A4 pour faciliter l’expédition. 
 

"90% des artistes obligés d'occuper un autre emploi"

Aucune commission sur les ventes ne sera prélevée. A l’issue des enchères, une cagnotte sera constituée et répartie entre les participants. Ceux qui ont le plus de notoriété feront don de leurs gains.
Vendre en passant par le site Drouot offre à ces artistes une grande visibilité et cela peut avoir, aux dires, de l’étude Brossat, un impact national et international.

Une belle vitrine pour la création contemporaine stéphanoise. Mais l’objectif premier reste de permettre à certains de pouvoir tenir le coup financièrement ."Nous nous sommes rendus compte de la situation extrêmement précaire de certains artistes. Les expos ont été annulées, les lieux culturels fermés et les événements reportés. 90% des artistes sont obligés d’occuper un autre emploi pour subvenir à leurs besoins alimentaires" selon Patricia Giardi de l'association Escap'Arts.

Le produit global de la vente sera donc divisé entre tous les participants et chacun percevra la même somme. Les enchères se font en ligne mais les oeuvres seront visibles dès le 25 mai à la galerie Les Limbes à Saint-Etienne. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus