Face à l'idéologie Zemmour : un collectif d'élus, dont le président de la Métropole de Saint-Etienne Gaël Perdriau, appelle à ''un sursaut populaire''

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fatima Bouyablane
Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, appelle au ''sursaut populaire'' contre Eric Zemmour.
Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole, appelle au ''sursaut populaire'' contre Eric Zemmour. © REMY PERRIN / MAXPPP

Dans une Tribune du Monde, un collectif d'élus dont le président de la Métropole de Saint-Etienne Gaël Perdriau, appelle à ''un sursaut populaire''. Les élus signataires sont de droite, de gauche et du centre. Ils dénoncent les "raisonnements simplistes'' d’Éric Zemmour qui loue le régime de Vichy.

Un collectif d'élus de tout bord a signé une tribune dans le monde ce jeudi 25 novembre pour dénoncer un appauvrissement des débats dont le tempo est donné par Eric Zemmour, qui ne s'est toujours pas déclaré candidat à la Présidentielle.
Le président de la Métropole de Saint-Etienne, Gaël Perdriau (LR) fait partie des signataires.

''Cela me fait mal au cœur que des élus tombent dans le piège''

Gaël Perdriau, maire LR de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole est écœuré de la tournure des débats avant la Présidentielle. Joint par téléphone, il nous explique regretter que ''d'autres candidats aillent sur le terrain d'Eric Zemmour au lieu de défendre leurs convictions. C'est une erreur majeure".

S'il a décidé de signer plusieurs tribunes c'est pour ne pas laisser faire. ''Les élus alimentent les propos d'Eric Zemmour. Ce dernier réveille des pages de l'Histoire que l'on aimerait laisser là où elles sont. Il agite les haines les plus viles en essayant de trouver à tous les maux des bouc-émissaires, en l'occurrence les étrangers car c'est plus facile. Je trouve que nous ne sommes pas assez nombreux à mettre en exergue les mensonges historiques''. 

Au sein même de la famille LR, l'éventail est large. Ainsi Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes et candidat à la Présidentielle, est l'invité des Républicains de la Loire ce lundi 29 novembre. Une venue qui n'est pas du goût de Gaël Perdriau.
''J'avais demandé son exclusion du parti, rappelle le maire de Saint-Etienne et président de Saint-Etienne Métropole. Pour moi il a fait une double faute politique. D'abord on ne part du principe que le parti des LR ne se qualifiera pas au second tour. Ensuite, il a affirmé voter pour Eric Zemmour s'il se qualifie au second tour. Pour moi Eric Zemmour est une passerelle directe pour le Rassemblement national et Eric Ciotti a franchi la ligne jaune. Concernant sa venue à Saint-Etienne : j'ai autre chose à faire…''

Pour Gaël Perdriau, il faut affirmer ses propres convictions et ne pas répondre uniquement à une partie de la population. ''Pendant 30 ans à Saint-Etienne, rappelle-t-il, le FN / RN s'est qualifié au second tour des Municipales. Moi, dès le départ, dès le premier tour, je suis allé cash et le RN a fait 9%, il n'est plus au conseil municipal. Il faut dire ce que l'on pense''.
Gaël Perdriau n'a pas sa langue dans sa poche. Il dit les choses...et les écrit…

Les élus signataires de la Tribune dans le Monde sont de sensibilités politiques différentes. Ils sont de droite, de gauche et du centre mais dénoncent d'une voix commune "des débats caricaturaux'' et ''un débat public appauvri par des propos déshonorants'' à la veille de l'élection présidentielle.

''La France réelle n'est pas la France de Vichy''

Eric Zemmour ne s'est pas encore déclaré candidat à la Présidentielle. Il pourrait le faire le 5 décembre prochain selon les spécialistes en politique. Pour l'instant, il est qualifié de ''presque candidat'' ou encore de ''candidat virtuel'' dans les médias. Mais il est au centre des débats et des polémiques.

Dans la Tribune du Monde, les élus signataires se disent ''consternés'' de la scène politico-médiatique à laquelle ils assistent.
''Si nos sensibilités politiques sont différentes, écrivent-ils, nous sommes aujourd'hui consternés par les débats caricaturaux qui s'étalent sous nos yeux depuis plusieurs semaines. A la tête de cette prédation médiatique, il y a le nouveau candidat de l'extrême droite, M.Zemmour, qui puise dans les écrits nationalistes de la fin du XIXe siècle des idées qu'il dit nouvelles''.

Avant de poursuivre : ''la France réelle n'est pas la France de Vichy. Notre pays sait que Philippe Pétain l'a trahi (…). La collaboration a été une souillure de notre histoire''.

''La France réelle est diverse''

''La France réelle est diverse, rappellent les élus signataires. Elle est habitée par des Français d'origine étrangère qui depuis des siècles font notre pays : Emile Zola, Léon Gambetta, Marie Curie (...). La France n'a pas de prénom attitré. Parce que notre pays est en mouvement, Carla, Zinedine, Kylian sont aujourd'hui des prénoms français. C'est d'ailleurs aussi le cas d'Eric, prénom d'origine nordique qui n'apparaît dans notre pays qu'au XXe siècle''.

Enfin, les élus rappellent qu'ils poursuivent leur combat contre l'islamisme radical, le chômage, les fins de mois compliqués, le risque terroriste, l'insécurité ou encore contre la "dégradation de l'environnement''.

Avant la Tribune chez nos confrères du Monde, Le président de Saint-Etienne, Gaël Perdriau avait également signé une Tribune dans le JDD, en octobre dernier dans laquelle il regrette qu'une partie de sa famille politique ait été piégée par le jeu d'Eric Zemmour.



En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.