Les "bifurcations" au coeur de la 12e Biennale internationale de design de Saint-Etienne

La 12ème édition de la Biennale internationale de design de Saint-Etienne aura pour thème les "Bifurcations", en écho notamment aux profondes mutations liées à la pandémie. Le continent africain sera l'invité d'honneur. Le programme a été présenté mardi 1er février en conférence de presse.

C'est dans quelques semaine que débute la 12e édition de la Biennale internationale de design de Saint-Etienne. La manifestation s'allonge. D'une durée habituelle d'un mois, la biennale s'étendra cette fois du 4 avril au 31 juillet, pour "mieux s'adresser à tous les publics, en prenant le temps", a indiqué lors de la présentation de l'événement, le maire et président LR de la métropole de Saint-Etienne Gaël Perdriau, principal financeur de cet événement au budget de 4 millions d'euros.

"Bifurcations nous plonge dans l'actualité de ces mutations extrêmement violentes qui viennent percuter nos vies, comme la Covid, mais également celles du travail avec le numérique qui modifie l'organisation et la manière de former les travailleurs de demain, afin que personne ne se retrouve abandonné au bord de la route", a détaillé Gaël Perdriau.

Un monde "post-Covid", "à la croisée des chemins"

Plus de 150 évènements proposés sur un large territoire, au-delà de Saint-Etienne et du département de la Loire. Pour la première fois, des événements sont prévus dans plus de 30 villes de la région.

Sept expositions à la Cité du design, "montreront les enjeux du design dans les espaces domestiques, l'automobile, le corps, les façons d'apprendre, les modes de consommation et de production", a expliqué Olivier Peyricot, directeur scientifique de la Biennale. 

La pandémie de Covid a soulevé de nombreuses interrogations sur nos modes de vie. Parmi ces sept expositions présentées à la Cité du design, "At home" invitera les visiteurs à réfléchir au sens de "se loger", à découvrir comment architectes et designers travaillent dans le monde post-Covid.

Réflexion aussi autour de la mobilité avec l'exposition "Autofiction" qui s'intéressera à la voiture (1,2 milliard dans le monde) dont les utilisateurs semblent très dépendants alors qu'elles sont à l'arrêt 95% du temps. "Elle proposera des bifurcations sous forme de réutilisation en transformant la voiture, en la rendant plus légère", poursuit Olivier Peyricot.

L'Afrique à l'honneur

Le choix de l'Afrique comme invité d'honneur, "il s'est imposé naturellement car c'est une région du monde où on peut trouver des gens qui n'ont pas le même point de départ que nous mais qui, dans leur façon de faire, peuvent nous donner des pistes de changement", par exemple sur "la lutte contre le gaspillage", souligne de son côté Thierry Mandon, le directeur de la Cité du design.

"Bifurcations" proposera ainsi une sélection des oeuvres et des artistes en provenance de 17 pays du continent.


En 2019, la 11e édition de la biennale avait attiré 235.000 visiteurs.