Les jeux de société ont la côte depuis la crise sanitaire, 4 jeunes en profitent pour inventer un jeu "made in Loire"

Cela fait près d’une dizaine d’années que les jeux de société rencontrent un succès. Mais la crise sanitaire a poussé à en consommer davantage. Dans la Loire, quatre jeunes créateurs ont surfé, au hasard d’une soirée, sur cette tendance et ont inventé "Le Barbu".

LOIRE : engouement sur certains styles de jeux de société
LOIRE : engouement sur certains styles de jeux de société © France 3 Rhône-Alpes

Les jeux de société ont le vent en pompe depuis une dizaine d’années. Mais avec le confinement et le couvre-feu dus à la crise sanitaire, l’engouement pour les jeux de société a été flagrant. Il se vend un jeu de société par seconde en France. Le marché pèse quelque 600 millions d’euros.
C’est dans ce contexte que quatre Stéphanois ont créé le jeu Le Barbu au cours d'une soirée. Le jeu fait appel à la stratégie tout en laissant place au hasard et surtout à l’ambiance car il se joue avec une boisson.

Le jeu de société se réinvente


Le barbu est un jeu vieux comme le monde, joué particulièrement par les bridgeurs. Il est aussi appelé Tafferan, Roi de Cœur, ou encore Dame de Pique qui se joue plutôt sur l’ordinateur.
Aujourd’hui, ce jeu de 52 cartes est tombé dans le domaine public…Quatre stéphanois l’ont imaginé à leur façon. Ils ont décidé de mettre les bouchées doubles. Leur Barbu est ainsi composé d’un dé et d’une centaine de cartes.

''C’est un jeu qui est né en soirée, entre amis, explique Florent Thollot, concepteur du jeu Le Barbu. On avait voulu une évolution, c’est pourquoi on a pris notre propre maquette et nos propres règles. Il est fait pour tout type d’âge. C’est un mélange de plein de jeux de société, effet madeleine de Proust garanti. C’est un jeu d’ambiance, on joue avec la boisson de son choix, alcoolisée ou pas''.

Il faut se faire sa place dans un marché très juteux

Le Barbu est entièrement fabriqué dans le département de la Loire : La Grand-Croix pour l’impression et Saint-Etienne pour l’impression3D du dé.
500 exemplaires ont déjà pu voir le jour.
Mais les inventeurs stéphanois ont une autre partie à jouer : séduire les distributeurs.  La partie s’annonce rude, car chaque année, mille nouvelles références sont éditées.
Pour l’heure, Le Barbu est vendu sur internet et dans le bar stéphanois le Galibot.
Prochainement on pourra le retrouver dans les rayons de la grande distribution, chez des brasseurs et enfin auprès de fabricants de liqueur.

La demande est là...une carte à jouer pour les Stéphanois

Si les créations de jeux se multiplient c’est parce qu’il y a une forte demande.
''Les nouveaux jeux ce sont des adaptations des modifications de jeux qui existaient déjà, explique Soarès Julien, vendeur-expert conseil au Tapis Vert à Saint-Etienne Mais certaines mécaniques étaient absentes du paysage ludique, comme les jeux basés sur les escapes game. Cela a été un grand boom qui s’est développé ces quatre dernières années''.

Et avec le thermomètre qui grimpe, les jeux d’extérieur sont également en plein boom.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société jeux sorties et loisirs économie jeunesse famille