Loire : 60 ans plus tard, des vaches renouent avec l'estive dans les Monts du Forez

Dans les Hautes Chaumes, elles ont tout pour être heureuses et produire un lait goûtu. Pourtant cela fait bien 60 ans qu'aucune vache n'avait été menée en estive dans les monts du Forez. Un éleveur de la Loire a choisi de remettre cette pratique au goût du jour. Avec succès.

© C. Exbrayat
Monter son troupeau tout l'été en estive dans les Monts du Forez, c'est le pari qu'un éleveur laitier s'est lancé dans le département de la Loire. Guillaume Vialette avoue d'ailleurs "être parti pour essuyer les plâtres", sans trop savoir comment son troupeau allait réagir : on ne savait pas du tout à quoi s'attendre. Au final, les résultats sont plutôt positifs. Les vaches ont l'air heureuses et elles produisent suffisamment de lait.

Sur ces vastes plateaux d'altitude des Hautes Chaumes, les vaches ont tout pour se plaire : le grand air, des températures qui ne dépassent pas les 25 degrés, de l'herbe à foison et des plantes comme la gentiane, la bruyère ou encore le fenouil des Alpes qui donnent du goût au lait.
Et dire que cela fait 60 ans qu'aucun éleveur n'était reparti en estive, et n'avait fait la traite de ses vaches, en pleine nature, aux confins de la Loire et du Puy-de-Dôme.

Guillaume Vialette n'est pas le seul à se féliciter de la remise au goût du jour de cette pratique ancestrale. Catherine Griot l'est tout autant. Cette fromagère est ravie de pouvoir produire de la fourme de Montbrison bio avec ce lait d'estive. Un lait qui donne au fromage quelques particularités : "la pâte est plus jaune, la fourme a plus un goût de champignon, en raison peut-être d'un affinage plus poussé".
Deux mois d'affinage. Rendez-vous donc en septembre pour déguster les premières fourmes de Montbrison AOP au lait d'estive.
 
Rendez-vous en septembre pour déguster la Fourme de Montbrison AOP au lait d'estive

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs