Loire : des souvenirs du restaurant La Poularde de Montrond-les-Bains aux enchères

La vente est prévue ce 23 février 2021 à Saint-Etienne. Vaisselle, marmites et collection d'ouvrages culinaires : il s'agit des souvenirs d'un chef étoilé. D'une batterie d'objets dont les anciens propriétaires du restaurant La Poularde de Montrond-les-Bains, ont décidé de se séparer.

Marmites en cuivre, services en porcelaine, bibliothèque culinaire.... Ce 24 février 2021, à l'hôtel des ventes du Marais de Saint-Etienne aura lieu une vente aux enchères des "souvenirs d'un chef étoilé", et objets de l'ancienne auberge La Poularde de Montrond-les Bains.
Marmites en cuivre, services en porcelaine, bibliothèque culinaire.... Ce 24 février 2021, à l'hôtel des ventes du Marais de Saint-Etienne aura lieu une vente aux enchères des "souvenirs d'un chef étoilé", et objets de l'ancienne auberge La Poularde de Montrond-les Bains. © FTV

Souvenirs d'un chef étoilé. C'est l'intitulé de la vente aux enchères qui va se dérouler, ce mercredi 24 février 2021, à Saint-Etienne. Ce chef étoilé, c'est Gilles Etéocle. Avec sa femme Monique, il a décidé de se séparer de plusieurs centaines de pièces, vaisselle et livres de cuisine. Tous ces objets rappelleront à certains une étape obligée sur leur route des vacances : l'auberge de La Poularde, véritable institution de la gastronomie dans la Loire.

"On leur devait à tous de leur donner un petit peu de notre Poularde qui est aussi la leur" 

C'est depuis la Corse où ils vivent désormais, que Gilles et Monique Etéocle ont évoqué cette vente aux enchères. Le chef aux deux étoiles au Michelin en 1968 prend vite les devants. "Nous avions beaucoup d'objets, plein d'amis me demandaient des souvenirs, je leur ai dit, comme je ne peux pas vous départager, nous allons mettre ça dans les mains de Me Imbert et vous vous amuserez à récupérer des objets de la Poularde qui vous rappelleront des soirées et déjeuners inoubliables", raconte celui qui a pris sa retraite en 2012.

Et des moments inoubliables, le couple qui officiait à Montrond-les Bains en a à revendre. Pour Monique, "cela représente 50 ans de notre vie, et de belles rencontres". Il y a eu les rencontres professionnelles, avec les collaborateurs qui composaient l'équipe de l'ancien relais de la Poste. Et puis, il y avait les rencontres avec "des clients fabuleux, de toutes conditions, avec qui nous avons partagé". Et pour Monique Etéocle, cette vente aux enchères, c'est l'occasion de "donner à tous un petit peu de notre Poularde, qui est aussi la leur".

Services en porcelaine, marmites en cuivre et livres de cuisine

La seule chose que Gilles et Monique Etéocle ont soigneusement gardé : ce sont les livres d'or. La vaisselle, les marmites et même l'impressionnante bibliothèque culinaire, tout cela est inscrit au catalogue de vente. Plus de quatre cents lots en tout. "Y a de l'affectif, y a du bonheur à donner", précise le chef tout en expliquant qu'une redistribution du produit de la vente suivra, aux bénéfices d'oeuvres sociales qui lui tiennent à coeur.

Marmites, services en porcelaine... Certains d'entre vous se souviendront peut-être d'avoir dégusté "la poularde à la crème, avec déglaçage au champagne", une recette qui a traversé des décennies au sein de l'emblématique restaurant de la plaine du Forez. Gilles Etéocle ne résiste pas à l'évocation de ces petits plats mijotés qu'il cherchait à sublimer. "Et si on avait la chance d'avoir des champignons sauvages des monts du Forez, c'était encore..." Le chef ne finit par sa phrase. Nul besoin, pour nous mettre l'eau à la bouche.

La psychologie de la table, suivie de recettes curieuses et savoureuses par un groupe de gourmets, chefs et cordons bleus... La fleur de la cuisine française... Encyclopédie culinaire 300 manières d’accommoder les poissons... Un nombre impressionnant d'ouvrages culinaires sont également proposés à la vente. En voici le détail, ici.

Tourner une dernière fois la page

 En 2012, Gilles et Monique Etéocle avaient vendu le fonds de commerce, baptisé La Poularde en 1935. Mis aux enchères trois plus tard, le couple en avait repris possession. Comme s'il était impossible de vraiment se défaire d'une histoire sur trois générations. Il n'empêche que cette vente de souvenirs, ce 24 février 2021, sera une nouvelle fois une page tournée.

Mais comme nous l'a confié Gilles Etéocle, "il n'y a rien qui s'en va vraiment, tout reste tant que les coeurs battent".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine gastronomie culture grands chefs