Loire : un bus s'arrête à Saint-Etienne dans le cadre d'une campagne de dépistage de lutte contre les maladies cardio-vasculaires des femmes

Publié le

Après Lille, Marseille et Avignon, le bus de dépistage contre les maladies cardio-vasculaires des femmes s'arrête, pour sa dernière étape, à Saint-Etienne, du mercredi 3 novembre au vendredi 5 novembre.

Dans le cadre de la campagne nationale de lutte contre les maladies cardio-vasculaires, le bus du cœur termine sa première tournée à Saint-Etienne.
Après Lille, Marseille, Avignon, et La Rochelle, Saint-Etienne accueillera le bus du cœur place Jean-Jaurès, du mercredi 3 novembre au vendredi 5 novembre afin de dépister les femmes, notamment celles les plus à risque et celles en situation de précarité.

Dans le bus se trouveront des professionnels de santé (médecins, gynécologues etc.) et des médiateurs. Les inscriptions peuvent se faire en amont ou sur place. 

A l'origine de cette initiative, le fonds de dotation Agir pour le Cœur des Femmes, en partenariat avec la ville de Saint-Étienne.
La structure a été co-fondée par le Professeur Claire Mounier-Véhier, cardiologue et médecin vasculaire, et Thierry Drilhon, administrateur et dirigeant d'Entreprises.

Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité chez les femmes en France

En France, les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité des femmes (26% devant le cancer 25%).
Chaque jour, 200 femmes meurent d'une maladie cardio-vasculaire, soit 75 000 par an. 

Pourtant, selon les professionnels de la santé, l'accident cardio-vasculaire peut être éviter dans 8 cas sur 10 grâce à un dépistage et un suivi adapté.
Le bus du Cœur se veut aller à la rencontre des publics les plus à risque et les femmes en situation de précarité. 

A âge égal, les femmes présentent plus de facteurs de risque cardio-vasculaires que les hommes. 
Et certains facteurs, comme le tabac, l'hypertension artérielle, le diabète, le cholestérol, l'obésité, la sédentarité et les facteurs psychosociaux (dépression ou situation défavorisée) ont associés à un risque cardio-vasculaire plus élevé.
Ainsi, une femme qui fume une à trois cigarettes par jour multiplie par trois le risque cardio-vasculaire.
Plus de 80 % des femmes de plus de 45 ans en ont au moins deux. Leur risque de développer un infarctus du myocarde lié à l’hypertension, au diabète ou au facteur psychosocial est plus important, selon l’étude Interheart de 2004.

L'objectif du Bus du cœur est de sauver 10 000 femmes d'ici cinq ans.

Le dispositif 

Le dépistage se déroule en six étapes et dure 45 minutes environ : présentation, repérage des symptômes d'alerte cardio-vasculaire, mesure poids, entretien, bilan et remise du carnet de dépistage.
Un autotensiomètre au bras, après avoir expliqué son fonctionnement, sera remis.
Le Bus du cœur est ouvert de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h

Une conférence se tiendra le jeudi 4 novembre à 18h dans la salle Aristide Briand de l’Hôtel de Ville. Accessible gratuitement et avec un pass sanitaire valide, elle sera animée par les cofondateurs d’Agir Pour le Cœur des Femmes, le Pr Claire Mounier-Vehier et Thierry Drilhon.

Depuis le 29 septembre, près de 800 femmes en situation de précarité ont été dépistées grâce au Bus du cœur.