Marie-Laure fauchée au Coteau le 26 décembre, près de Roanne : ouverture ce jeudi d'une information judiciaire

Marie Laure, fauchée mortellement dans la nuit du 26 au 27 décembre 2019 au Coteau, près de Roanne. / © France tv
Marie Laure, fauchée mortellement dans la nuit du 26 au 27 décembre 2019 au Coteau, près de Roanne. / © France tv

Le parquet de Roanne a indiqué qu'une information judiciaire sera ouverte ce jeudi 9 janvier pour "homicide involontaire, délit de fuite et non assistance à personne en danger" concernant la mort de Marie-Laure, 20 ans, mortellement fauchée par un véhicule la nuit du 26 au 27 décembre.

Par Dolores Mazzola

Marie-Laure Perez, âgée 20 ans, a été victime d'un chauffard dans la nuit du 26 au 27 décembre dernier, trois jours avant son anniversaire. La jeune femme marchait le long de la route sur la commune du Coteau, près de Roanne, lorsqu'elle a été heurtée par un véhicule. Un choc très violent.
Le drame s'est produit en pleine nuit, tout près de la sortie de la commune, avenue de la Libération, devant le garage Citroën. Une portion de route, encore dans l'agglomération et limitée à 50km/h. Le ou la conductrice a pris la fuite. C'est un autre conducteur qui a découvert le corps de la jeune femme, vers 3 heures du matin et a aussitôt prévenu les secours. Sur place, ces derniers n'ont pu que constater le décès de la jeune fille... Une autopsie a eu lieu et le parquet indiquait le 4 janvier dernier que d'autres analyses étaient en cours pour tenter d'en savoir plus sur les circonstances exactes de la mort de la jeune femme. Ces analyses complémentaires devraient prendre au moins quatre semaines, indiquait la substitut du Procureur. 

Deux semaines après cette mort tragique, le parquet de Roanne a décidé d'ouvrir une ouverture une information judiciaire ce jeudi 9 janvier pour "homicide involontaire, délit de fuite et non assistance à personne en danger". Un juge d’instruction va être désigné pour diriger l’enquête...
 

Une jeune fille "pétillante"


Un proche de la famille, Hervé Pépin, a décrit Marie-Laure comme une "jeune fille pleine de vie et pétillante" qui "était en train de construire sa vie au Coteau". Après avoir vécu à Grenoble, la jeune femme venait de s'établir depuis deux mois, auprès de sa mère, dans cette commune voisine de Roanne. Elle avait un petit ami. Que faisait-elle le long de cette route, à cette heure avancée de la nuit ? La jeune femme avait souvent l'habitude d'aller marcher en solitaire, musique sur les oreilles, a-t-il expliqué... Marie-Laure allait fêter ses 21 ans le 31 décembre. Les obsèques de la jeune femme ont eu lieu le samedi 4 janvier. Sa famille attend toujours que la personne en cause dans sa mort se livre aux autorités. 
 

Des appels à témoins restés sans réponses 


Peu après l’accident, les services de police de Roanne ont lancé un appel à témoins pour tenter d’identifier le véhicule à l’origine du drame. Il est resté vain. En début d'année, des proches de la victimes ont également appelé l'auteur du délit de fuite à se rendre. Leur appel est également resté sans réponse.

Le 4 janvier dernier, jour des obsèques de Marie-Laure, Hervé Pépin avait appelé le conducteur ou la conductrice à se rendre aux autorités devant notre caméra. Il avait également appelé les voisins et les proches du conducteur impliqué dans ce drame à se manifester pour faire avancer l'enquête et appréhender le conducteur ou la conductrice. 
 
L'appel à témoins pour retrouver le conducteur impliqué dans la mort de Marie-Laure au Coteau
l'appel d'un proche de la famille au conducteur et à ses proches ... - France tv
"Je voudrais lui dire que c'est un acte lâche de laisser sur le bord de la route, une jeune fille agoniser," déclare Hervé Pépin. "Aujourd'hui, on espère tous qu'il a encore un peu d'humanité et nous lui demandons d'aller se rendre, dans les minutes qui suivent cet appel, dans une gendarmerie, dans un commissariat près de chez lui, qu'il se libère," poursuit-il. "S'il n'a pas le courage de le faire, je demande à sa famille, à ses voisins, à ses amis qui ont sûrement vu sa voiture accidentée, de ne pas hésiter et de vite appeler le commissariat de police," résume-t-il. "On doit tous la justice à Marie-Laure," a-t-il conclu. 
 

Délits de fuite avec victimes: un fléau qui prend de l’ampleur

Le nombre de délits de fuite est en hausse selon les associations contre les délinquances routières. Selon Michel Pons, Président de la ligue du Rhône contre la violence routière, on constate une hausse des délits de fuite sur une période de dix ans : "en 2010, moins de 3% des accidents avec victimes impliquaient un délit de fuite. Aujourd’hui, c’est 10% ! Trois fois plus en 9 ans !". Une hausse inquiétante. Ce phénomène représente "pour une année plus de 100 personnes qui ont été tuées dans des accidents avec délits de fuite". Un chiffre qui concerne l’ensemble du territoire national (10% à l'échelle de la région Auvergne Rhône-Alpes).   

Plus globalement,"le délit de fuite c’est environ 30% des délits routiers chaque année," explique Michel Pons. Comment expliquer cette tendance ? "L’absence de permis, l’absence d’assurance, le stupéfiant consommé ou l’alcool peuvent être des raisons pour lesquelles quelqu’un va fuir au lieu de rester sur place," précise-t-il. Mais dans le cas d'un délit de fuite avec victime, les conséquences psychologiques pour les victimes blessées ou les familles de personnes décédées sont lourdes, rappelle le Président de la ligue du Rhône contre la violence routière, "C'est un vrai désarroi pour les familles !" Ces dernières ne pouvant faire leur deuil. 

Sur le même sujet

Les + Lus