Loto du patrimoine avec Stéphane Bern : gros plan sur plusieurs nouveaux sites soutenus en Auvergne-Rhône-Alpes

L’action de sauvegarde du patrimoine initiée par Stéphane Bern se poursuit. Nouvelle étape, les 100 nouveaux monuments en péril retenus pour le Loto du patrimoine 2021 ont été dévoilés par la Fondation du patrimoine. En Auvergne-Rhône-Alpes, un site sera soutenu dans chaque département.
Dans la Loire, la tour de la Jalousie à Saint-Martin-la-Plaine sera également rénovée grâce au loto du patrimoine
Dans la Loire, la tour de la Jalousie à Saint-Martin-la-Plaine sera également rénovée grâce au loto du patrimoine © france 3

L’action de sauvegarde du patrimoine initiée par Stéphane Bern se poursuit. Nouvelle étape, les 100 nouveaux monuments en péril retenus pour le Loto du patrimoine 2021 ont été dévoilés par la Fondation du patrimoine. En Auvergne-Rhône-Alpes, un site sera soutenu dans chaque département.

Bonjour, C'est avec plaisir que nous vous annonçons la sélection des sites de maillage par la mission pour la...

Publiée par Fondation du patrimoine Rhône-Alpes sur Lundi 30 août 2021

Depuis quatre ans, la Mission Patrimoine pour la sauvegarde du patrimoine en péril portée par Stéphane Bern s’est engagée dans la restauration de 627 sites, dont 297 sont d’ores et déjà sauvés : les travaux sont achevés pour 115 d’entre eux et en cours pour 182 sites.

Un site, par département, soutenu en Auvergne-Rhône-Alpes

Dans l'Ain, le château de Thol à Neuville-sur-Ain 

Place fortifiée du XIIIe siècle, le château de Thol est un témoin des guerres delphino-savoyardes. Depuis 700 ans, il veille sur la vallée de l’Ain. Mais le château et son histoire sont très mystérieux.

Chateau de Thol
Chateau de Thol

D’après le Dictionnaire topographique du département de l’Ain, publié en 1911, l’édifice était originairement la propriété des sires de Coligny, puis passa successivement aux sires de la Tour du Pin, aux dauphins de Viennois, au duc Robert de Bourgogne et enfin, en 1289, aux comtes de Savoie. De 1577 à 1789, Thol fut uni à la terre de Château vieux et progressivement abandonné. Du fait de cet abandon, le château n’a pas été remanié ni détruit à la Révolution car il tombait en ruine dès cette époque, ayant servi de carrière de pierres.

En Ardèche, le mas cévenol fortifié à Saint-Pierre-Saint-Jean

Le projet se concentre en premier lieu sur la rénovation de la toiture, qui subit lors des « épisodes cévenoles », de nombreuses infiltrations. La reprise de la couverture constitue la première étape et condition de la poursuite de la rénovation, en vue de permettre son isolation ainsi qu’une habitation pérenne. Le maintien de la lauze est extrêmement difficile et couteux.

Mas Cévenol de Saint-Pierre-Saint-Jean
Mas Cévenol de Saint-Pierre-Saint-Jean

Dans la Drôme, le château de Crépol

Afin de poursuivre le développement des activités qui animent le site, plusieurs projets devraient voir le jour dans les prochaines années, notamment la création d’une structure agricole pour exploiter la parcelle de sept hectares que le château domine.

Chateau de Crépol
Chateau de Crépol

Avec l’apparence d’un jardin « à l’italienne », seront plantés des oliviers, chênes truffiers, de la vigne guidée sur des treilles et diverses cultures fruitières et maraîchères bio pour créer un jardin d’agrément, qui sera attractif pour les visiteurs. En complément de l’activité agricole, une partie des dépendances pourrait accueillir des chambres d’hôtes, une boutique pour les produits de la propriété et une salle de réception.

Dans la Loire, la tour de la Jalousie à Saint-Martin-la-Plaine 

Les intempéries ont fortement dégradé une partie des pierres de l’édifice ainsi que la plupart des éléments métalliques et en bois. Un défaut de conception et un mauvais choix dans les matériaux ont contribué au risque d’écroulement inéluctable de la partie supérieure. La ceinture de câbles qui empêche pour l’instant l’effondrement de cette partie n’est qu’un remède provisoire.

Tour de la jalousie
Tour de la jalousie

Ainsi, le démontage pierre à pierre du 3ème étage et de l’échauguette est prévu ainsi que la consolidation de la dalle afin de créer un chaînage, puis le remontage à l’identique. L’édifice ainsi libéré de ce risque majeur serait définitivement préservé et pourrait alors être restauré dans sa partie basse.

Dans le Rhône, la tannerie Ronzon de Saint-Symphorien-sur-Coise 

Le site des Tanneries Ronzon est au pied de l'ancien bourg médiéval de Saint-Symphorien-sur-Coise. Il constitue un ensemble de bâtiments industriels construits dès le début du XXe siècle à partir d'aménagements plus anciens situés dans un quartier où subsistent encore de nos jours les maisons de tanneurs du XVIIIe siècle. Ces Tanneries marquent le passage de la production artisanale à celle industrielle. Elles conservent encore le séchoir qui permettait de faire sécher les peaux ainsi que l'atelier de bourrellerie. Les ouvriers de plus en plus nombreux à peler les peaux de bêtes avant le tannage vont donner leur nom aux habitants de la ville, « les pelauds ».

Glaceuse restée dans la Tannerie Ronzon de Saint-Symphorien-sur-Coise 
Glaceuse restée dans la Tannerie Ronzon de Saint-Symphorien-sur-Coise 

La commune souhaite reconvertir le site afin d’y aménager un pôle culturel dans l’esprit du lieu et en conservant, dans la mesure du possible, la mémoire de la fonction originelle. Il s’agit d’y installer un espace muséographique, et d'un espace d'exposition temporaire, d’un auditorium, de réserves, d’un centre de ressources documentaires, de salles de médiation pédagogique et d’une salle numérique, des espaces pour les artisans et entreprises du territoire.

D'autres sites seront soutenus dans les départements de notre région :

Temple protestant de Vichy (03) 

Buron de Margemont à Molèdes (15) 

Église Notre-Dame de l’Assomption de Châbons (38)

Moulin à eau de Leyret à Roche-en-Régnier (43) 

Usine du Pont de Seychalles de Thiers (63) 

Château de la Grande Forêt à Saint-Jean-de-Chevelu (73) 

Château Saint-Michel d’Avully à Brenthonne (74)

Comment sont récoltés les fonds 

Le principe reste le même. Les sommes récoltées grâce aux jeux et tirages contribueront à la rénovation de ces monuments en péril. 

Pour chaque ticket de grattage vendu, 1,83 euro sera reversé à la Fondation. Le joueur, de son côté, peut tout de même remporter jusqu’à 1,5 million d’euros.

De plus, six tirages Loto seront organisés les 6, 8, 11, 13, 15 et 18 septembre 2021.

Pour chaque grille à 2,20 euros jouée, 0,54 euro sera reversé à la Fondation du patrimoine. Et pour le joueur, le jackpot de ces tirages s’élèvera à 2 millions d’euros minimum.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture