Le printemps est la saison préférée des tiques. Problème : leurs piqûres sont propices à la transmission de la maladie de Lyme. Or, cette dernière génère de gros problèmes de santé qui ne font qu'empirer avec le temps. De plus, la maladie n'est pas reconnue par le ministère de la Santé.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La maladie de Lyme, Sylvie Veydarier connaît depuis 2007. Cette Ardéchoise se bat contre elle mais on ne sait jamais qui risque de remporter la partie. Car la maladie de Lyme l'affecte progressivement, sans répit.
Parallèlement, Sylvie mène un autre combat : faire reconnaître cette maladie qui en France n'est pas reconnue comme une pathologie de longue durée, non soignée et non indémnisée. A ce jour, Sylvie a déboursé plus de 6 000 euros pour se soigner.

Rencontre et explications signées Cédric Lepoittevin et Nicolas Ferro : 

©France 3 Rhône-Alpes

Selon les associations de patients, il y aurait pas moins de 26 000 cas avérés de maladie de Lyme à ce jour dans l'Hexagone.