Meurtre de la Croix-Rousse : un procès prévu en avril 2022

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emilie Rosso
Le 5 Mars les policiers découvraient le corps d'un homme de 28 ans avec 8 coups de couteau dans le corps.
Le 5 Mars les policiers découvraient le corps d'un homme de 28 ans avec 8 coups de couteau dans le corps. © © T.Swiderski

Les quatre hommes, suspectés d’avoir poignardé à mort Ahmed Kourak en mars 2019, dans un appartement de la Croix-Rousse, seront jugés en avril 2022. Ils comparaissent « meurtre avec actes de tortures et de barbarie en réunion ».

Ils seront quatre, sur le banc des accusés. Quatre mineurs, suspectés d’avoir torturé et tué Ahmed Kourak, cette nuit du 2 au 3 mars 2019. Il avait 28 ans. Les policiers ont retrouvé son corps dans un appartement de la rue Jean-Baptiste Say, il avait été séquestré, ligoté et poignardé à de nombreuses reprises. Sa mise à mort avait été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

Trois suspects avaient été arrêtés en Espagne quelques jours après les faits. Parce qu’ils avaient entre 16 et 17 ans, ils seront jugés par la cour d’assises des mineurs. Le quatrième accusé, lui, avait été arrêté à la Guillotière, en octobre 2019. Suspecté d’avoir filmé la scène, il n’était alors âgé que de 15 ans et comparaitra donc devant le tribunal pour enfants statuant en matière criminelle.

« L’enjeu, pour nous, c’est qu’ils expliquent à la famille comment ils ont pu procéder à des actes d’une telle barbarie », affirme Me Jean-Baudoin Shibaba Kakela, l’avocat de la famille Kourak. Devant les enquêteurs, ils avaient expliqué ce déchaînement de violence par une affaire de téléphone portable emprunté ou volé.

Mais ils ont changé de déclaration de nombreuses fois, ils n’ont jamais été cohérents. Au début, ils parlaient même d’agression sexuelle, puis il y a eu cette histoire de portable 

ajoute l’avocat.

Ils comparaîtront pour « meurtre avec actes de tortures et de barbarie en réunion » mais aussi pour « violences volontaires », une deuxième victime ayant réussi à s’échapper cette nuit-là. « Il aurait été mieux que les quatre suspects comparaissent devant la même chambre, l’auteur de la vidéo affirme ne pas savoir comment elle s’est retrouvée sur les réseaux sociaux et il n’y aura pas de confrontation entre les quatre accusés, c’est regrettable », déplore toutefois Me Jean-Baudoin Shibaba Kakela. L’audience devrait avoir lieu du 11 au 15 avril 2022.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.