Cet article date de plus de 4 ans

Moins de cerises sur nos étals, la faute au printemps frisquet

L'arrivée des cerises est chaque année une fête qui marque totalement l'entrée en période printanière voire estivale, mais ce printemps 2016, avec ces épisodes de gels tardifs et de grêles, provoque l'inquiétude des experts qui annoncent une chute de la production notamment en Rhône-Alpes.

© Dominique Semet
La production française 2016 de cerises s'annonce en baisse de 9% par rapport à l'an dernier, après un printemps frais et pluvieux qui a affecté la floraison des arbres, selon les estimations publiées mercredi par les services statistiques du ministère de l'Agriculture.

38 millions de tonnes de cerises devraient être récoltées dans l'Hexagone, ce qui représente aussi une baisse de 4% par rapport à la moyenne quinquennale, explique le bulletin d'Agreste, qui évoque aussi une "incertitude" liée à "la récente interdiction d'utilisation du diméthoate, principal insecticide disponible contre la mouche drosophile de la cerise".

Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes particulièrement touchées

Le recul pourrait être particulièrement marqué en Provence-Alpes-Côtes-d'Azur, la principale région productrice (-12%), où les cerisiers ont subi vent violent, précipitations et grêle.

La baisse devrait être similaire en Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes, même si dans cette dernière région "les épisodes de grêle ont peu impacté les fruits grâce aux protections mises en place".

En revanche, en Languedoc-Roussillon, où les surfaces de cerisiers ont légèrement augmenté, la production grimperait de 12% après une récolte 2015 "exceptionnellement réduite", mais serait en recul par rapport à la moyenne sur cinq ans.

Toutefois, "la cerise étant un fruit fragile particulièrement sensible, les estimations précoces de production peuvent évoluer rapidement dans les semaines à venir suivant les aléas climatiques ou sanitaires", précise Agreste.

En outre, "une incertitude entoure ces premières estimations de production en lien avec la récente interdiction d'utilisation du diméthoate", souligne le bulletin. Cet insecticide contesté a été retiré du marché français le 1er février, car il présente des "risques inacceptables" pour le consommateur, les cultivateurs et la faune, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Cette décision est critiquée par une partie des agriculteurs qui estiment ne pas avoir de méthode alternative efficace pour lutter contre ce ravageur très agressif.

La France a également suspendu jusqu'à la fin de l'année les importations de cerises traitées au diméthoate. 

En 2015, la France avait importé 8.000 tonnes de cerises, dont plus de la moitié provenaient d'Espagne, selon Agreste. En 2014, le premier producteur européen de cerises était la Pologne, suivi de l'Italie, la Hongrie et la France, selon la même source.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie