• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Mondiaux 2019 de ski freestyle et de snowboard : la météo joue les trouble-fête

L'ukrainien Oleksandr Abramenko, deuxième de l'épreuve de saut aux mondiaux de ski freestyle et de snowboard dans la station de Park City (Utah) le février 2019. / © EFF SWINGER/EPA/Newscom/MaxPPP
L'ukrainien Oleksandr Abramenko, deuxième de l'épreuve de saut aux mondiaux de ski freestyle et de snowboard dans la station de Park City (Utah) le février 2019. / © EFF SWINGER/EPA/Newscom/MaxPPP

La neige et le vent ont perturbé ce mercredi 6 février 2019 le déroulement des Mondiaux de ski freestyle et de snowboard, disputés à Park City dans l'Utah, conduisant les organisateurs à annuler l'épreuve féminine du ski slopestyle.

Par AFP

Dès mardi, une tempête de neige s'était abattue sur la station et avait chamboulé le programme, avec l'annulation de la finale du snowboard big air, prévue dans la soirée, et le report des qualifications du ski slopestyle au lendemain.

Une fois la piste préparée, le concours masculin a pu débuter mercredi en fin de matinée. Mais les athlètes ont été confrontés à un nouvel aléa: un vent de face ralentissant leur course d'élan.

Un temps suspendue, l'épreuve a finalement pu aller à son terme. Le Britannique James Woods l'a remportée, devant le Norvégien Birk Ruud et l'Américain Nicholas Goepper.

"C'était clairement une journée difficile avec des conditions compliquées. Quand on a décidé que la compétition aurait lieu, la mission numéro un était de réussir à aligner un run et de 'survivre' au parcours", a réagi Woods.

"Les conditions se sont améliorées pendant la finale, ce qui a permis de réaliser quelques figures. Mais au départ, l'objectif c'était juste de 'survivre", a-t-il poursuivi.

Les femmes n'ont en revanche même pas pu entamer les qualifications.

Alors qu'il était question de repousser l'épreuve au lendemain, quatre délégations (Canada, Russie, Italie et Ukraine) ont invoqué des problèmes de logistique pour convaincre le comité organisateur des Mondiaux d'annuler le concours.

Une décision que Fabien Bertrand, le directeur du ski freestyle à la Fédération française de ski, avait du mal à accepter.

"Ce n'est pas normal que quelques pays, qui avaient peu ou pas de chances de médaille, décident pour tout le monde simplement parce qu'ils n'ont pas envie de décaler leur billet d'avion", a-t-il regretté.

La Française Tess Ledeux, tenante du titre et victorieuse samedi en ski big air, visait une seconde médaille d'or dans ces Mondiaux.

Cette annulation s'ajoute à une série réserves exprimées depuis le début de la compétition par des athlètes et des entraîneurs, déçus du tracé de certaines épreuves.

Le parcours du skicross, identique à celui du snowboardcross, avait ainsi été jugé trop "plat" par plusieurs skieurs, dont le leader de le Coupe du monde Bastien Midol, éliminé dès les quarts samedi.

Le manque de vitesse sur le tremplin du ski big air a poussé la favorite Kelly Sildaru à déclarer forfait pour éviter la blessure sur une mauvaise réception.

"Kelly est montée en haut de la montagne, bien au-dessus du portillon de départ. Mais même en faisant ça, elle n'arrivait pas assez rapidement sur le saut", a expliqué Tonys Sildaru, père et coach de la jeune Estonienne.

Ces failles dans l'organisation ont suscité chez beaucoup de l'incompréhension, après des X-Games d'hiver, fin janvier à Aspen dans le Colorado, d'un professionnalisme irréprochable.

"Les Etats-Unis sont censés être la Mecque du freestyle. C'est assez surprenant", s'est ainsi étonné Fabien Bertrand.
 

Sur le même sujet

Cantal : un exercice avalanche organisé à la station de ski du Lioran

Les + Lus

Les + Partagés