• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Niki Lauda : l'ex directeur de la compétition chez Michelin se souvient

Niki Lauda, le miraculé de la F1, décédé le 20 mai à l'âge de 70 ans. / © A.Isakovic/AFP
Niki Lauda, le miraculé de la F1, décédé le 20 mai à l'âge de 70 ans. / © A.Isakovic/AFP

Le directeur de la compétition chez Michelin dans les années 70, Pierre Dupasquier, se souvient de sa première rencontre avec Niki Lauda, le triple champion, miraculé de la F1, décédé le 20 mai 2019.

 

Par Alexandre Rozga

Il se souvient comme si c'était hier de sa première rencontre avec Niki Lauda, le miraculé, triple champion du monde de F1, décédé mardi 20 mai à l'âge de 70 ans. Pierre Dupasquier, était alors directeur de la compétition chez Michelin. Il s'en souvient d'autant plus, que c'était l'avant veille de l'accident qui avait failli coûter la vie au pilote. 

Une première rencontre confidentielle 

« C’était à Fiorano, chez Ferrari en Italie » se rappelle Pierre Dupasquier. « On avait organisé une séance d’essais privés de nos premiers pneus radiaux Michelin en Formule 1, on était alors en relation étroite avec Renault » se souvient, l’emblématique l'ex directeur de la compétition chez Michelin. Une séance d’essais très discrète. Ferrari était alors sous contrat avec un autre manufacturier. « Enzo Ferrari pensait que si Michelin se mettait à faire des pneus de Formule 1, on allait écrouler la concurrence, il nous a invités à venir les essayer avec Nikki Lauda et Clay Regazzoni, les deux pilotes Ferrari de l’époque »

Un avis précis et précieux 


 « Evidemment le jugement de Lauda qui était champion du monde en titre, et le pilote référence de Ferrari, c’était pour nous une opportunité extraordinaire d’avoir un avis précieux » se souvient Pierre Pasquier. Cette première collaboration a bien failli être la dernière. « C’était l’avant-veille de l’accident du 1er août 1976 qui avait failli lui couter la vie sur le circuit du Nürburgring en Allemagne. Ensuite on a retravaillé deux ans plus tard chez Brahman .C’était le même. Il n’avait pas changé, ses chronos étaient extrêmement révélateurs et ses commentaires pertinents. Niki Lauda était un orfèvre en la matière » 

Sur son compte Facebook, Pierre Dupasquier rend hommage à la combativité à toute épreuve de Niki Lauda ." Tu étais âpre au combat, autant pour ta survie que pour atteindre tes objectifs avec la détermination et le talent de ta culture autrichienne" peut-on lire.
 

 

Sur le même sujet

Le plus gros camion du monde

Les + Lus