De nombreuses tensions et dégradations à Grenoble lors de la manifestation des agriculteurs

Plusieurs dégradations ont été commises mercredi devant la direction départementale du territoire (DDT) à Grenoble, où des agriculteurs s'étaient réunis après une opération escargot, pour dénoncer des normes qu'ils jugent excessives.

© Joëlle Ceroni
Selon la police, qui a recensé 80 manifestants et 45 tracteurs, des jets de pierre ont brisé des vitres du bâtiment. Un feu a aussi été allumé devant le site.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, selon la présidente des jeunes agriculteurs (JA) de l'Isère Françoise Soullier, les manifestants avaient incendié la boîte aux lettres de la DDT et construit un mur en parpaings pour empêcher l'accès à l'institution.

Plusieurs photos diffusées sur les réseaux sociaux montraient un parvis saccagé avec des poubelles renversées, de la paille répandue et enflammée, des papiers dispersés, et des oeufs jetés sur les vitres. "Le but n'était pas de mettre le feu à la DDT. Cela a un peu dégénéré car les agriculteurs ont estimé que le discours de la directrice de la DDT n'a pas été jugé satisfaisant", a estimé Françoise Soullier.

Aucune interpellation n'a eu lieu

Après avoir saccagé les abords de la DDT, les agriculteurs et leurs tracteurs sont repartis en bloquant le centre-ville, pour rejoindre la commune de Voreppe (Isère), via l'A48, d'où ils étaient partis tôt dans la matinée.
Aucune interpellation n'a eu lieu, selon la police qui a relevé des plaques d'immatriculation. Ces agriculteurs ont estimé ne pas avoir été entendus sur leur souffrance financière due à la multiplication des normes, selon la responsable des JA.

Le président de la FNSEA Xavier Beulin, en déplacement dans la région, s'était rendu au début de la manifestation pour apporter son soutien, avant d'aller visiter une exploitation fruitière dans le nord du département.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter