Cet article date de plus de 5 ans

L'ONG HumaCoop organise "les Etats Généraux de l'action humanitaire" à Grenoble

Réchauffement climatique, pression démographique et religieuse, guerres et conflits dans une vingtaine de pays. Partout dans le monde les ONG ont du mal à travailler. Aujourd'hui les organisations non gouvernementales réclament de profonds changements.


Au Sahel, le symbole des "french doctors" des années 70, on craint un retrait total des ONG à cause des conflits et de la mafia. En Somalie, et en Syrie, les populations sont inaccessibles. Au Liban, les associations locales comme Amel doivent faire face à l'arrivée de deux millions de réfugiés syriens.

Les petites structures réclament une collaboration plus étroite avec les ONG internationales, plus de solidarité et des moyens. Seuls 2% de l'aide humanitaire leur parvient.

Reportage Céline Aubert et Nathalie Rapuc
durée de la vidéo: 02 min 04
Les Etats Généraux de l'action humanitaire

Regards croisés entre le Nord et le Sud, débats, auto-critiques... les Etats Généraux de l'action humanitaire organisés par Humacoop, une ONG grenobloise, souhaitent réformer l'humanitaire. L'an dernier, lors de la première édition à Annemasse en Haute-Savoie, une charte a ainsi été créée.

Cette "Charte des ONG" sera examinée au premier Sommet humanitaire de l'ONU en mai 2016 à Istanbul. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité international santé société