• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Saviez-vous que Stendhal était né à Grenoble ? Que la commune de Villard Bonnot, en Isère, abritait la maison de l'inventeur de l'hydroélectricité Aristide Bergès ? Que Rousseau s'était installé durant six ans sur les hauteurs de Chambéry ? Poussez la porte de quatre maisons célèbres des Alpes avec cette série consacrée au patrimoine historique. 

L'appartement Gagnon, berceau de l'enfance de Stendhal à Grenoble

En plein coeur du centre ville piétonnier de Grenoble, au numéro 20 Grande Rue,  se trouve l'appartement Gagnon. C'est le berceau de l'enfance de l'écrivain Stendhal, là où le jeune Henri Beyle s'installe. 

"Ce lieu est la véritable maison de famille de Stendhal. Il y vit de 7 à 16 ans, après la mort de sa mère" explique Olivier Thomasini, le conservateur des lieux. "Ce n'est pas l'appartement d'un écrivain, mais celui d'un écrivain en devenir. [...] Stendhal était ici un peu prisonnier, comme dans une cage dorée. Il y a formé, sous la responsabilité de son grand-père, son coeur et son esprit."

Parce que son roman Vie de Henry Brulard dépeint ses années de jeunesse difficiles à Grenoble, on pense souvent que l'écrivain n'aimait pas sa ville natale. "Il a beaucoup souffert, lorsqu'il était enfant, de l'autorité de son père, qu'il détestait. Une sorte de ressentiment ressort de cet ouvrage, mais il va très vite se dégager de cela, car dans "Mémoires d'un touriste", il fera l'éloge des paysages grenoblois" relève Olivier Thomasini. 

C'est bien la génèse de ses romans que le visiteur vient rechercher ici: les fantômes de Julien Sorel ou de Fabrice Del Dongo...Dans cet appartement devenu musée, sont évoquées les grandes étapes de la vie de celui qui observa son temps. 

L'appartement Gagnon, berceau de l'enfance de Stendhal à Grenoble
Intervenants: Olivier Tomasini, Conservateur responsable de l'Appartement Gagnon et des Collections Stendhal Equipe: COLBRANT Isabelle, SEMET Dominique, DI BIN Laétitia - France 3 Alpes

 

Villard Bonnet: la maison d'Aristide Bergès, inventeur de la "houille blanche"

Souvent considéré comme "l'inventeur" de la Houille blanche, Aristide Bergès, l'industriel était un homme de communication. C'est donc son nom que retient l'histoire même si, dans la vallée du Grésivaudan, d'autres industriels utilisaient l'hydroélectricité. Sa maison, inscrite aux Monuments historiques est devenue musée en 2011. 

Aristide Bergès, un industriel venu installer une raperie de bois pour fabriquer de la pate à papier utilise dès 1878 la force hydraulique qui provient des hautes chutes d'eau de plus de 200 mètres de dénivelé. En 1882, il passe à la force hydroélectrique, c'est ainsi que naît la "houille blanche"

"En 1889, à l'occasion de l'Exposition Universelle de Paris, il rédige une notice dans laquelle il compare la houille noire, qui désigne le charbon, et la houille blanche, c'est-à-dire l'eau des courants de montagnes, qui provient des glaciers" raconte Frédérique Virieux, chargée des collections et du public. 

Visiter la maison d'Artistide c'est un peu entrer dans sa famille, certaines pièces conservent les traces de l'Art Nouveau, comme une chambre dédiée au peintre et affichiste Alfons Mucha. 

À la différence de bon nombre de patrons d'industries du 19e siècle, Aristide Bergès n'est pas un paternaliste, il considère ses ouvriers comme étant autonomes et responsables de leur vie. 

La maison d'Aristide Bergès, inventeur de la "houille blanche"
Intervenant: Frédérique Virieux, Chargée des Collections et des publics Equipe: COLBRANT Isabelle, SEMET Dominique, DI BIN Laetitia - France 3 Alpes

 

Rousseau et son vallon des Charmettes

Sur les hauteurs de Chambéry,  au sommet d'un vallon, se trouve la maison des Charmettes. Un lieu plein de charme qui fut durant six ans la résidence de Jean-Jacques Rousseau. C'est là qu'il a vécu sa plus belle histoire d'amour, c'est là que s'est forgée son éducation. 

La maison des Charmettes, classée Monument Historique en 1905, fut ouverte à la visite dès 1820. Aujourd'hui le temps a laissé ses traces, elle ferme provisoirement ses portes pour un vaste chantier de restauration. 

Entre 1736 et 1742, c'est aux Charmettes que Jean-Jacques Rousseau va passer de l'adolescence à l'âge adulte auprès d'une femme, Madame de Warens. "Rousseau a perdu sa mère à sa naissance, et il a toujours recherché ce sentiment maternel, en particulier auprès de Madame de Warens, qui est à la fois sa maman et son amante"  explique Mireille Védrine, conservatrice au Musée de Chambéry. 

Aux Charmettes, Rousseau comble son besoin d'apprendre. "Il est autodidacte, il lit énormément [...] il va faire sa provision de talents". 

Dès l'été prochain, en juin, de nouveaux circuits seront proposés pour des visites plus théâtrales des Charmettes. Les nombreux amoureux de l'écrivain et du philosophe reviendront s'imprégner du charme de cette maison.

Maisons célèbres des Alpes: Rousseau, et son vallon des Charmettes
Intervenants: Mireille Védrine, Conservatrice Musée de Chambéry ; Responsable des Charmettes ; Mélanie Faguer, Responsable des Publics, de l'action culturelle et de la communication Musées de Chambéry Equipe: COLBRANT Isabelle, SEMET Dominique, KEBABTI Azedine - France 3 Alpes

 

Sur les hauteurs de Morestel, la maison du peintre François Ravier

À Morestel, une maison dauphinoise domine la commune et porte le nom de son plus illustre propriétaire, François Auguste Ravier. C'est ici, dans cette petite ville du Nord Isère que le peintre séjourna durant les 28 dernières années de sa vie. 

Aîné de trois enfants, François Auguste étudie le droit mais ne sera jamais notaire. Se consacrant à la peinture -essentiellement des paysages-, il vivra modestement, sans chercher la moindre célébrité. 

Aujourd'hui, la maison Ravier présente bien sûr les oeuvres du peintre mais depuis de longues années elle s'est ouverte plus largement à d'autres artistes. Fermé durant l'hiver, le lieu rouvrira ses portes en avril 2017. L'occasion de redécouvrir cet artiste singulier que fut François Auguste Ravier

La maison du peintre Auguste Ravier, sur les hauteurs de Morestel
Intervenants: Nathalie Lebrun, Chargée des collections et des expositions, Bernard Deviller, Président Association des Amis de la Maison Ravier Equipe: COLBRANT Isabelle, SEMET Dominique, KEBABTI Azedine - France 3 Alpes