En visite, ce lundi 19 novembre, à Minatec-Grenoble, le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, a réaffirmé l'urgence de faire de la recherche un levier de la relance.

Il est venu à Grenoble, il a vu Minatec et a commencé à vaincre le scepticisme de certains entrepreneurs qui ont déjà beaucoup entendu de politiques parier sur la recherche et l'innovation, sans forcément les aider dans cette voie.

Volontaire et souriant, Pierre Moscovici a fait mine de comprendre, parlant de "libérer toutes les énergies" pour rendre à la France sa compétitivité.


Inciter les PME à investir en Recherche & Développement, pérenniser le crédit d'impôts recherche, c'est ce qu'attendent les patrons qui tournent autour de Minatec aujourd'hui. Ils n'ont pas manqué de le rappeler au ministre.

L'allègement fiscal est justement une mesure phare du pacte de compétitivité initié par le gouvernement, venu conforter les conclusions du rapport Gallois. 20 milliards d'euros devrait être engagés sur une période de trois ans. 

Pierre Moscovici dit vouloir aller plus loin, avec un projet de loi présenté d'ici à la fin du mois. 

Minatec, l'exemple à suivre, celui du transfert de l'innovation à l'industrie


Mi-octobre, le gouvernement a annoncé le développement de trois nouvelles plate-formes technologiques à Bordeaux, Nantes et Toulouse. La visite d'aujourd'hui va dans le même sens, désigner le campus Minatec comme LE modèle à suivre. 

Aux côtés de Geneviève Fioraso, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et "locale de l'étape", Pierre Moscovici a assisté à une présentation d'innovations toutes issues du CEA Tec, telles des micro-puces pour appareils cardiaques ou des détecteurs sismiques pour la prospection pétrolière...

Des innovations qui témoignent du "succès" de Minatec, celui du transfert technologique. 


En savoir plus Minatec