Cet article date de plus de 4 ans

Pollution. Laurent Wauquiez se dit "prêt à mettre 10 millions d'euros" dans le fret ferroviaire transalpin

Laurent Wauquiez, président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé ce samedi 10 décembre qu'il était prêt à débloquer 10 millions d'euros "immédiatement" pour créer un nouveau quai de chargement afin de renforcer l'autoroute ferroviaire alpine et lutter contre la pollution des vallées.
"La Région ne peut pas rester les bras croisés face à la pollution de nos vallées et on veut lancer un grand plan pour la relance du fret ferroviaire alpin" qui est passé de "12 à 2 tonnes en dix ans", a déclaré  M. Wauquiez depuis Aiton en Savoie où se trouve "l'unique quai de chargement côté français".

Alors que plusieurs agglomérations en France et les vallées alpines connaissent un pic de pollution durable, ce plan de relance du fret avait déjà été évoqué dans la semaine par le vice-président de la région chargé des Transports, Patrick Mignola (MoDem), qui a pris attache avec les transporteurs à cette fin.

"Organiser une grande conférence de dépollution de nos vallées au premier semestre 2017"

Pour que fonctionne mieux l'Autoroute ferroviaire alpine (AFA, 175 km entre la France et l'Italie pour transporter des camions sur des wagons spéciaux), "il faut qu'elle démarre plus en amont",estime M. Wauquiez en avançant la possibilité d'un nouveau quai de chargement à Grenay (Isère), sur la ligne ferroviaire Lyon-Grenoble. 

Dans l'attente, il "demande à l'Etat de porter de 6 à 10 le nombre de navettes par semaine" sur l'AFA et veut que cette décision "soit prise dès la semaine prochaine". Il veut également organiser "une grande conférence de dépollution de nos vallées au premier semestre 2017" avec pour objectif "d'augmenter de 50% le fret ferroviaire en trois ans".

durée de la vidéo: 00 min 34
Pollution. Laurent Wauquiez se dit "prêt à mettre 10 millions d'euros" dans le fret ferroviaire transalpin


Le chef de file des Verts à la région, Jean-Charles Kohlhaas, applaudit à l'idée de "faire du report modal plus en amont" des vallées mais suggère un autre emplacement:
"Grenay est sur une ligne ultra-saturée qui connait déjà de nombreux retards, il faut aller juste de l'autre côté, à Ambérieu-en-Bugey (Ain), sur la ligne vers Chambéry", où existe déjà une gare ferroviaire "qui fait la taille de la Part-Dieu et qui est très sous-utilisée".

Quant aux 10 millions d'euros annoncés, "il n'existe pas de ligne budgétaire dédiée au report modal dans le budget régional que nous devons adopter la semaine prochaine, il faudrait la créer!", ironise-t-il.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement société