Population en Auvergne-Rhône-Alpes : les seniors dépendants seront de plus en plus nombreux d'ici 2050

Publié le Mis à jour le
Écrit par Yannick Kusy
(image d'illustration)
(image d'illustration) © CHROMORANGE / Bilderbox/picture alliance/Newscom/MaxPP

Selon l'Insee, notre région comptera 1.4 million de personnes âgés de 75 ans et + en 2050. Parmi elles, le nombre de séniors concernés par la dépendance va doubler et atteindra environ 410 000 personnes. les institutions s'y préparent.

Ca veut dire quoi, être un senior ? La réponse à cette question varie, souvent, en fonction des statistiques ou des administrations auxquelles s'adresse une partie non-négligeable de la population. L'âge moyen, en France était, selon l'Insee, de 41.2 ans en 2016. Il grimpera à 45 ans en 2060. Autant le dire, avec les progrès de la médecine et l'arrivée dans la case "seniors" des enfants du baby-boom, les français vont donc... vieillir. Les plus de 65 ans représentent aujourd'hui 20.5% de la population. Les plus de 75 ans, eux,  représentent déjà  tout de même 1.4 million d'hommes et de femmes. Et n'oublions pas les centenaires : ils étaient 20 000 en 2017, et on estime qu'ils seront pas moins de 270 000 en 2070 !

Pour le moment, Auvergne Rhône Alpes figure parmi les régions les plus jeunes de France métropolitaine, selon les statistiques de l'Insee. Cela va sans doute évoluer. L'institut estime en effet que, en 2050, plus de 1.4 million de seniors résideront dans notre région, soit deux fois plus qu'en 2015. Cela s'explique en partie par l'arrivée des générations du baby-boom dans cette catégorie d'âge. 

Beaucoup plus de "jeunes seniors" en Auvergne Rhône Alpes

Très logiquement, cette évolution prévisible amène à se questionner sur la dépendance des seniors : leur perte d'autonomie nécessite inévitablement une prise en charge. Aide pour la toilette, préparation des repas, ménage... sont entre autres des tâches à prévoir par les politiques publiques. Et pour cause, l'Insee estime que ces "seniors dépendants" passeront de 223 000 à 410 000 individus d'ici à 2050. Et pourtant, malgré la hausse de leur nombre, leur part dans la population des seniors devrait légèrement chuter, passant de 31% à 28 % en 35 ans. La baisse de la dépendance, qui a débuté en 2020, est une tendance liée à un afflux de "jeunes seniors", en meilleure santé.

L'Insee estime également que cette hausse du nombre de seniors dépendants sera à priori plus marquée à l'Est de la région. Les départements dits "jeunes" devraient logiquement enregistrer une forte hausse de dépendance. Entre 2015 et 2050, ce nombre sera multiplié par 2.4 en Haute-Savoie, 2.3 dans l'Ain, et 2.2 en Savoie Très concrêtement, ces hausses correspondent à 30 000 seniors en Isère, 28 500 dans le Rhône et 20 500 en Haute-Savoie. 

Vivre sa dépendance en Ehpad ou rester chez soi

Bonne nouvelle, la région Auvergne Rhône Alpes est bien équipée en terme d'offre institutionnelle pour prendre en charge ces futurs seniors dépendants. L'offre en Ehpad (en maisons de retraite) est de 34.2 places pour 100 seniors dépendants, soit au-dessus de la moyenne nationale (33.2 pour 100). Pour dire les choses plus simplement, notre région est celle qui compte le plus grand nombre de places en Ehpad de France. 

Prenons quelques exemples : l'Insee a recensé qu'en Ardèche, on compte pas moins de 43,5 places pour 100 seniors dépendants. Six départements situés à l'Ouest de la région présentent ainsi un taux de dépendance élevé et une offre bien développée. C'est l'inverse du coté Est : l'Isère, la Drôme et la Savoie sont moins bien équipées. 

La solution de "rester chez soi" reste une idée forte et largement utilisée. C'est même, en Auvergne Rhône Alpes, le mode de vie majoritaire des seniors dépendants. On estime que leur nombre passera de 158 000 à 332 000 en 2050, soit huit dépendants sur 10. C'est plus du double par rapport à 2015.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.