Cet article date de plus de 3 ans

A Ambert (63), Lucie Floret redonne une nouvelle vie aux objets

Depuis deux ans, une créatrice d'Ambert donne une deuxième vie à des matériaux de récupération d'où le nom de son atelier : RE-CREA. Elle détourne les objets pour leur donner une nouvelle fonction.
Depuis deux ans, une créatrice d'Ambert donne une deuxième vie à des matériaux de récupération d'où le nom de son atelier : RE-CREA. Elle détourne les objets pour leur donner une nouvelle fonction.
"J'ai trouvé un petit bout de bois, là ... ça pourrait le faire !" Dans son atelier, Lucie Floret navigue au milieu d'un tas d'objets hétéroclites. Ces télévisions, cette luge, ces rames ou ces ustensiles de cuisine étaient initialement destinés à la déchetterie. Lucie va leur donner une nouvelle vie.

"C'est ma caserne d'Ali Baba, tout est stocké par genre. Les pièces en métal sont d'un côté, de l'autre, il y a les télés que j'ai évidées pour faire les niches de chien ou des étagères ou des "télés à chats" ... Comme vous voyez, c'est tout classé. On ne dirait pas à voir le fouillis que c'est, mais c'est très classé ! Comme ça je m'y retrouve, je sais dans quelle zone il faut que j'aille récupérer ma matière première."

Ancienne publicitaire et ancienne responsable export, Lucie Floret s'est lancée dans il y a deux ans et demi dans la récupération et le détournement d'objets. Elle nous présente une table basse à base de roues de vélo : "j'ai dérayonné un rayon sur deux pour aplanir le plateau et meulé le centre, et ça fait une table basse ! C'est un modèle qui plait bien."

Dans le style ameublement, on trouve aussi un banc composé de deux chaises et de planches de palettes mais la gamme de création est très variée. Si certains objets ne manquent pas de poésie, Lucie se sent plus une âme d'artisan que d'artiste. "Je n'ose pas me lancer dans la création de sculptures. Je ne fais que des objets fonctionnels, des objets qui reservent à quelque chose. La chaise devenue étagère par exemple."

L'inspiration dépend des matériaux récupérés. "Je récupère de tout. Ce qui m'inspire le moins, c'est la matière plastique. Je préfère le métal ou le bois. Beaucoup de gens m'apportent des choses car le bouche-à-oreille les a informés que je cherchais des objets !"

Lucie prépare actuellement des éléments d'ameublement destinés au bâtiment d’accueil du Jardin pour la Terre d'Arlanc (63), ce qui devrait lui offrir une belle vitrine pour ses créations.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement société