Fermeture du service des urgences à Ambert (Puy-de-Dôme) : l’hôpital se réorganise

Publié le
Écrit par S.B avec Christian Lamorelle
A l'hôpital d'Ambert (Puy-de-Dôme), plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées contre la fermeture des urgences ce mercredi 27 octobre.
A l'hôpital d'Ambert (Puy-de-Dôme), plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées contre la fermeture des urgences ce mercredi 27 octobre. © C.Lamorelle/FTV

L’hôpital d’Ambert est face à une désertion des médecins urgentistes intérimaires, suite à une loi prévoyant de limiter leur rémunération. L’établissement est donc contraint de réorgarniser ses urgences dès mercredi 27 octobre. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant l’hôpital.

L’hôpital d’Ambert (Puy-de-Dôme) ferme temporairement son service d’urgences, à compter de ce mercredi 27 octobre, faute de médecin intérimaire, en raison de la mise en œuvre de la loi Rist prévoyant de limiter leur rémunération. « Nous avons été amenés à réorganiser le dispositif avec le maintien d'une ligne de SMUR qui permet de garantir les urgences vitales malgré la fermeture du service des urgences car, pour pouvoir avoir un service des urgences,  il faut forcément avoir un médecin en capacité de voir les patients qui se présenteraient », explique Patrice Beauvais, directeur de l'établissement.

"Il faut absolument qu'on défende nos urgences"

Entre 250 et 300 personnes étaient rassemblées ce matin pour témoigner leur colère et leur incompréhension face à cette fermeture. Des élus étaient présents, comme Daniel Forestier, président de la communauté de communes d'Ambert : "Nous, les élus, on s'est mobilisés aujourd'hui en accompagnant le personnel qui est en souffrance. Les urgences sont indispensables pour notre territoire rural de 28 000 habitants. Des élus se mobilisent. Si les urgences ferment ça voudra dire qu'on sera en difficulté. Il faut absolument qu'on défende nos urgences".

Une réorganisation des services

Pour pallier la fermeture de ce service et poursuivre partiellement la prise en charge, le centre hospitalier a mis en place une nouvelle organisation, selon le directeur Patrice Beauvais : « Il convient de recourir d'une manière la plus large possible au centre 15 à chaque fois qu'une situation d'urgence réelle ou ressentie fait jour. D'autres dispositifs qui sont mis en place permettent d'atténuer le choc de la fermeture de ces urgences. » Voici comment fonctionnera cette nouvelle organisation : 

  • La population est invitée à appeler le 15 qui, en fonction de l'état de santé de l'appelant, activera le dispositif le plus adapté (du conseil médical jusqu'à la mobilisation du SMUR) et le plus proche de son domicile 
  • Prise en charge des urgences vitales grâce aux SMUR de l'hôpital 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7
  •  Dispositif d'accueil d'information fonctionnant 24/24h et 7/7j c visant à orienter une personne se présentant dans l'établissement dans le contexte d'un service des urgences fermé faute de médecins disponibles
  •  Mise en place d'une consultation de médecine générale le week-end dans le cadre de la permanence des soins ambulatoires

Le centre hospitalier espère pouvoir rapidement rouvrir ce service : « Cette organisation provisoire ne remet pas en cause l'autorisation détenue par le centre hospitalier d'Ambert au titre des urgences. Dès que les conditions de fonctionnement simultané des urgences et du SMUR seront à nouveau réunies en termes d'effectifs médicaux, les deux modalités redeviendront opérationnelles et une information sera communiquée à la population en ce sens. »

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.