André Chassaigne (PGD), député du Puy-de-Dôme : “Le 49.3 est un déni de démocratie”

Le député de la cinquième circonscription du Puy-de-Dôme a décidé de monter au créneau samedi 29 février suite au passage en force de la réforme des retraites par le gouvernement avec l'usage du 49.3. Il s'explique sur la motion de censure qu'il va déposer avec trois groupes de gauche.   / © D.Cros / FTV
Le député de la cinquième circonscription du Puy-de-Dôme a décidé de monter au créneau samedi 29 février suite au passage en force de la réforme des retraites par le gouvernement avec l'usage du 49.3. Il s'explique sur la motion de censure qu'il va déposer avec trois groupes de gauche.   / © D.Cros / FTV

André Chassaigne du groupe Gauche démocrate et républicaine monte au créneau après le recours du gouvernement, à l'article 49.3, pour faire adopter sans vote le projet de réforme des retraites. Le député du Puy-de-Dôme s'exprime sur la motion de censure déposée par l'opposition. 

Par Propos recueillis par D.Cros

Le député de la cinquième circonscription du Puy-de-Dôme a décidé de monter au créneau, samedi 29 février, suite au passage en force de la réforme des retraites par le gouvernement avec l'usage de l'article 49.3 de la Constitution. Il s'explique sur la motion de censure qu'il va déposer avec trois groupes de gauche.  

Question : Comment avez-vous réagi à l’annonce du Premier Ministre de l’utilisation du 49.3 ? 
André Chassaigne : Une forte colère, d’autant plus que ça s’appuie sur des arguments que j’ai tout de suite qualifié de fallacieux. Dire qu’il y avait blocage, dire qu’il y avait obstruction, utiliser ces mots-là, c’est bloquer le débat de la part du Premier ministre. C’est faire que l’on ne va pas au fond du débat. Il ne pouvait pas répondre aux questions que nous lui posions. Il botte en touche, donc la solution de facilité, c’est un déni de démocratie. On sort le 49.3. 
 

"On est dans le flou le plus complet" 

Question : Pourquoi dites-vous que c’est un déni de démocratie ? 
André Chassaigne : Le 49.3 a toujours été utilisé par une majorité qui était fragilisée. Mais là, ce n’est pas le cas, une majorité soutient le texte du gouvernement. Ce qui veut dire que l’usage du 49.3 par le premier ministre avait pour but de bloquer la discussion, de faire en sorte que le gouvernement n’ait pas à répondre à des questions auxquelles il n’a pas de réponses, sur la valeur du point, sur l’âge réel de départ à la retraite, sur le rôle de l’âge d’équilibre avec la décote, sur la prise en charge de la pénibilité. On est dans le flou le plus complet. 
 

Question : La motion de censure était logique selon vous ? 
André Chassaigne : La motion a été prise immédiatement. Les trois groupes de gauche de l’Assemblée nationale : le Parti socialiste, le groupe de la France insoumise, et les députés communistes, nous avons écrit le texte de la motion de censure. 
 

La bataille n’est jamais terminée

Question : Quelle est l'obejctif de cette motion ? 
André Chassaigne : La motion de censure est faite pour dénoncer le comportement du gouvernement. On n’a pas pu aller au bout du débat en commission spéciale, dans l’hémicycle, on a discuté sans avoir tous les éléments. On avait un débat qui était tronqué et nous allons le dénoncer. Nous allons dénoncer le déni de démocratie. S’il avait fallu plusieurs semaines pour discuter du texte sachant qu’il est très important et qu’il remet en question notre pacte social. 

Question : Est-ce que cela peut aboutir ?
André Chassaigne : La bataille n’est jamais terminée. Il y a eu des manifestations spontanées, des appels à se mobiliser, ça va relancer le mouvement social. Et contrairement à ce que peut penser le gouvernement, ça ne va pas enterrer le débat, ça va le faire se développer. 

Sur le même sujet

Les + Lus