• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

ASM Clermont-Auvergne : la demi-finale à Bordeaux en route avec les supporters

53 supporters dans le bus se dirigent vers le Matmut stadium à Bordeaux pour la demi-finale de l'ASM Clermont-Auvergne contre le Lou rugby. 10 000 Auvergnats sont attendus. / © Aurélie Albert / France 3 Auvergne
53 supporters dans le bus se dirigent vers le Matmut stadium à Bordeaux pour la demi-finale de l'ASM Clermont-Auvergne contre le Lou rugby. 10 000 Auvergnats sont attendus. / © Aurélie Albert / France 3 Auvergne

À quelques heures du coup d'envoi de la demi-finale qui oppose l'ASM Clermont-Auvergne et le Lou rugby, dimanche 9 juin, les supporters jaunes et bleus sont fin prêts ! 10 000 Auvergnats sont attendus au Matmut stadium à Bordeaux. Une vague jaune et bleu déferle sur la côte atlantique.

Par Aurélie Albert

Être supporter de l'ASM Clermont Auvergne, c'est à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Pour la demi-finale entre l'ASM et le Lou, à Bordeaux, dimanche 9 juin, j'ai pris le bus des supporters pour le déplacement, celui du XV du charbon. 
Le rendez-vous était donné à 6 h 30 place de la rodade à Clermont-Ferrand. Les rues sont désertes mais très vite des couleurs jaunes et bleues apparaissent. Place de la rodade, un petit groupe d'une vingtaine de supporters attend patiemment. Le bus n'est pas encore arrivé et l'inquiétude commence à se faire sentir. Si le bus ne vient pas, il faudra trouver d'autres solutions : pas question de manquer le match !
 
 

"C'est une bonne ambiance les déplacements" 

Finalement, au grand soulagement des supporters, le bus finit par arriver. Première étape : le péage de Bromont Lamotte pour récupérer le reste de l'équipe du XV au charbon. En tout, nous sommes 53 à faire la route. 
Dans le bus, à côté de moi, Sandrine et Marlène. Elles ne sont ni collègues ni de la même famille, mais elles ont un point commun : elles sont supportrices de l'ASM depuis une dizaine d'années. "Nous avons fait connaissance pendant les déplacements justement", m'explique Sandrine, chapeau jaune vissé sur la tête et ses converse jaune aux pieds. "C'est une bonne ambiance les déplacements, je ne les fais pas tous pendant la saison parce que le porte-monnaie ne suit pas toujours. Mais cette saison, j'ai fait le déplacement en Roumanie par exemple. C'était vraiment un beau déplacement et ça permet de visiter le coin aussi", continue la jeune femme. 

Après avoir récupéré le reste des supporters, on reprend la route tranquillement. Avec moi, Alain, Christophe et Roland. Les matchs ça rapproche et ça créé des amitiés et des rencontres. 
"J'aime bien la convivialité avec tous les supporters et le jeu de Clermont, j'aime bien aller les voir à l'extérieur", explique Alain. 
Dans le bus, c'est plutôt calme, au départ de Clermont-Ferrand mais Christophe me prévient "il faut le temps que ça se décante. Ça va monter après le casse-croûte".
Et effectivement nous faisons une première pause, sur l'aire d'autoroute de la Corrèze où les supporters auvergnats affluent petit à petit entre les bus et les voitures. 
 
 

"Le Lou jouera le rôle de l'agneau aujourd'hui"

Quoiqu'il en soit l'ambiance est décontractée même quand il est question du match de 16 h 30.
"Le Lou jouera le rôle de l'agneau aujourd'hui", ironisait déjà, Roland dans le bus. 
Un peu plus loin Jean-Claude Gaillard est tout aussi confiant "je suis serein. Contrairement à il y a 10 ans, on a l'habitude de ce genre de matchs. On a l'habitude de ces événements, on a appris à les gagner. Je n'ai aucun doute pour aujourd'hui. c'est samedi prochain qu'on a beaucoup de pression, c'est autre chose". À côté de lui, Jean François Marcheix est plus méfiant "c'est 50/50. C'est normal quand on arrive dans les phases finales. Les équipes sont au même niveau. Il faut faire attention"

Mais peu importe les supporters seront là derrière leurs joueurs et l'équipe des Combrailles ne comptent pas les laisser tomber. "On fait parti d'un club où il y a beaucoup d'éleveurs, me raconte Jean François Marcheix. Il y a une ambiance qu'il n'y a pas ailleurs, comme dans le foot par exemple. On fait parti des passionnés. J'ai vu 6 finales et deux victoires et j'espère en voir une encore cette année. Les phases finales, c'est quand même une ambiance particulière, qui est unique. Ca galvanise du monde, tout le monde s'entend bien"
Et certains supporters sont déjà en place à Bordeaux. Des petits groupes de supporters se dirigent vers la place Camille-Jullian, lieu de ralliement de la Yellow army.
 
 
 

Sur l'aire d'autoroute, l'ambiance se met en place avec les autres supporters. Certains improvisent une haie d'honneur pour les voitures qui passent, sauf quand quelques supporters du Lou osent s'aventurer dans la bergerie. Pas de chance pour eux, les 10 000 Auvergnats ont faim… Faim d'une nouvelle finale au stade de France à Paris samedi 15 juin. 
 

Sur le même sujet

Les gens d'ici : Jean Duron

Les + Lus