Sur BFMTV, les supporters de l’ASM Clermont Auvergne illustrent l’homophobie dans le football

La Yellow Army a été assimilée par erreur aux problèmes d'homophobie dans les stades de football par BFMTV. / © Pascal Guyot/AFP
La Yellow Army a été assimilée par erreur aux problèmes d'homophobie dans les stades de football par BFMTV. / © Pascal Guyot/AFP

La chaîne d’information en continue a montré par erreur des images des supporters de l’ASM Clermont Auvergne lors d’une émission sur le problème de l’homophobie dans le football. Un raccourci pas du tout apprécié par les fans du club de rugby.

Par MVO

BFMTV s’emmêle les pinceaux. Pendant son direct, jeudi 29 août au matin, la chaîne d’information en continue s’arrête sur la polémique du moment dans le sport : « foot : comment enrayer l’homophobie ». Mohamed Bouhafsi, rédacteur en chef football à RMC Sport intervient à l’antenne. A côté de lui, des images défilent pour illustrer le mal qui frappe les tribunes des matchs de football. Problème : c’est un stade de rugby - le stade Marcel Michelin à Clermont-Ferrand, temple de l’ASM-Clermont-Auvergne – et des supporters de rugby – la Yellow Army, le mythique public du club auvergnat - qui apparaissent à l'écran.

L’erreur a été rapidement épinglée sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter.
 

De quoi agacer le responsable de la communication de l’ASM-Clermont-Auvergne.
 

« C’est complètement à côté de la plaque. C’est pas des images de foot, c’est pas des images de haine, c’est pas des images de banderoles, ça n’a rien à faire là. C’est vraiment un raccourci qui n’a rien à voir avec la réalité de notre sport et de notre club » souligne Vincent Duvivier. « Le journaliste n’a pas fait son boulot. Il a pris n’importe quelle image qui avait des drapeaux. Un beau manque de professionnalisme ».
 

Pas de suite donnée

Le club n’a cependant pas l’intention de demander des comptes ni à la chaîne de télévision ni au journaliste sur le plateau. « Ce n’est pas dommageable parce qu’il ne parle pas de l’ASM Clermont-Auvergne. Il ne dit pas que c’est arrivé dans notre club, il ne cite pas le club. On en n’a même pas parlé à la direction du club. C’est plus ridicule qu’autre chose » explique Vincent Duvivier. « Le grand public sait que ce n’est pas du tout la réalité de notre club et du rugby en général. Et heureusement » conclue-t-il.
Mohamed Bouhafsi, à l’écran au moment des images, a présenté ses excuses aux fans sur Twitter après cette erreur qui devrait en rester là. Aucune action auprès du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel n’a été engagée.
 

Sur le même sujet

Les + Lus