• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Cancer colorectal : pourquoi faut-il se faire dépister ?

Les médecins généralistes sont de plus en plus sensibilisés à la prescription d'un test de dépistage dès 50 ans. / © Julio PELAEZ / MAXPPP
Les médecins généralistes sont de plus en plus sensibilisés à la prescription d'un test de dépistage dès 50 ans. / © Julio PELAEZ / MAXPPP

Le dépistage du cancer colorectal est primordial car plus il est détecté tôt, moins les traitements sont lourds et plus les chances de guérison sont importantes. Anca Achim, gastroentérologue à La Châtaigneraie de Beaumont, près de Clermont-Ferrand, rappelle pourquoi le dépistage est important.

Par Catherine Lopes

Le cancer colorectal est encore trop souvent détecté tardivement. Ce risque de cancer est très élevé en France. Il s'agit de la deuxième cause de décès par cancer, après le poumon, et il touche autant les hommes que les femmes. Chaque année, en France, 43 000 nouveaux cas de cancer du côlon sont détectés et causent 18 000 décès. Après 50 ans, les risques augmentent. Le docteur Anca Achim, gastroentérologue à l'hôpital de La Châtaigneraie de Beaumont, près de Clermont-Ferrand, explique : "Alcool, tabac, surpoids, sédentarité, consommation riche en viande rouge et pauvre en viande blanche, consommation pauvre de légumes verts et riche en aliments frits, diabète : il existe de nombreux facteurs de risques de cancer colorectal". A cela s'ajoutent des antécédents familiaux et la présence de polypes qui viennent multiplier par 3 le risque de cancer.

Des dépistages nécessaires

Ce type de cancer est fréquent, mais évitable, notamment grâce au dépistage. Pour les patients sans antécédents familiaux et sans plaintes digestives, un test nommé Ardoc est proposé. Il s'agit d'une recherche microscopique de sang dans les selles. A partir de 50 ans et jusqu'à 74 ans, les patients peuvent bénéficier tous les 2 ans d'un test dans le cadre du programme national de dépistage organisé. En revanche, ce type de test n'est pas recommandé pour les personnes à risque élevé. Dans ce cas, une coloscopie est plus adaptée. Le dépistage est primordial car plus un cancer colorectal est détecté tôt, moins les traitements sont lourds et plus les chances de guérison sont importantes. "9 patients sur 10 en guérissent si le cancer est pris à temps" précise le docteur Anca Achim. Afin d'informer les patients sur les dépistages et de préciser les facteurs de risque, quatre gastroentérologues de l'hôpital privé de La Châtaigneraie de Beaumont, près de Clermont-Ferrand, participent à des réunions, les 26, 27 et 28 mars, dans le cadre de Mars Bleu, consacré à la lutte contre le cancer colorectal. Pendant ces 3 jours, des réunions d'information collectives gratuites sont proposées au grand public.
 

Réunions d’information collectives gratuites et sans inscription au cabinet de gastroentérologie de La Châtaigneraie :

. Mardi 26 mars 2019 - 18h30 à 19h30 
. Mercredi 27 mars 2019 - 14h à 15h 
. Jeudi 28 mars 2019 - 18h à 19h 

Sur le même sujet

Puy-de-Dôme : malgré le retour de la pluie, les cultures peinent à se remettre de la sécheresse

Les + Lus