A Clermont-Ferrand, une boutique pour louer des vêtements au lieu de les acheter

Louer une tenue pour un mariage, une soirée ou juste pour le quotidien, voici le concept lancé par une boutique de Clermont-Ferrand. / © Claire Goudouneix
Louer une tenue pour un mariage, une soirée ou juste pour le quotidien, voici le concept lancé par une boutique de Clermont-Ferrand. / © Claire Goudouneix

Une boutique d’un nouveau genre à ouvert dans le centre-ville de Clermont-Ferrand : vous pouvez louer des vêtements pour un mariage ou une soirée. Un concept en plein essor. 

Par Virginie Cooke

« Les culottées », voici le nom d’une nouvelle boutique installée dans le centre-ville de Clermont-Ferrand. Son concept ? Louer des tenues pour un mariage ou une soirée. Un concept tendance qui séduit de plus en plus de consommatrices.

Claire Goudeneix a lancé sa boutique au mois de mai dernier. « J’ai été témoin lors d’un mariage et j’ai dû acheter une robe assez chère que je n’ai porté qu’une seule fois. C’est de là qu’est née mon idée de lancer une boutique pour louer des vêtements. J’ai regardé ce qui se faisait dans d’autres villes et j’ai contacté des magasins à Bordeaux et à Paris pour me renseigner» raconte la gérante de la boutique.


La location de vêtements, une façon de faire de grosses économies 



La boutique clermontoise propose plusieurs formules : les clients peuvent louer des tenues pour une journée et même une semaine s’ils le souhaitent, les prix varient de 10 à 25 euros pour 24 heures. « Lorsque l’on est invitée à un mariage, on se tracasse pendant 3 mois pour trouver sa tenue, on dépense 300 euros pour s’équiper de la tête au pied. La location permet de faire de grosses économies », explique Claire Goudeneix.

Bijoux, sacs, escarpins… La boutique ne loue pas que des robes. Et pas uniquement pour des mariages. Vous pouvez également dénicher des tenues pour une soirée entre copines ou pour aller au restaurant. Les pièces sont déposées par des clientes qui recoivent ensuite une commission. « En fait, je suis un peu comme un intermédiaire, je loue leurs vêtements afin qu’ils ne dorment pas dans les penderies », ajoute Claire Goudeneix.


La jeune chef d’entreprise compte sur le bouche-à-oreille et surfe sur la vague des réseaux sociaux pour faire la promotion de son concept. Claire Goudeneix veut de sa petite boutique soit un véritable lieu de vie : elle organise une fois par mois un vide-dressing  et elle offre l’un des murs de son magasin chaque mois à un artiste local.

 

Sur le même sujet

Saint-Etienne : Gaël Perdriau brigue un deuxième mandat de maire

Les + Lus