Clermont-Ferrand : la cathédrale renforce son système de sécurité incendie

Ce dimanche 19 juillet, à la messe de la cathédrale de Clermont-Ferrand, les fidèles ont eu une pensée pour la cathédrale de Nantes. Mais qu'arriverait-il si un incendie comme celui-ci se déclarait à Clermont-Ferrand ? De nouveaux équipements vont renforcer le système de sécurité de la cathédrale.

Après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le système de sécurité de la cathédrale de Clermont-Ferrand a été renforcé, et d'autres améliorations sont prévues.
Après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le système de sécurité de la cathédrale de Clermont-Ferrand a été renforcé, et d'autres améliorations sont prévues. © THIERRY ZOCCOLAN / AFP
A la cathédrale de Clermont-Ferrand, la solidarité et la prière étaient de mise ce dimanche 19 juillet pour les fidèles bien démunis face à l'incendie de la cathédrale de Nantes. « C’est terrible de voir ce patrimoine qui part en fumée, c’est l’esprit sacré de la cathédrale qui s’en va », déclare un fidèle.

La cathédrale sous haute surveillance

La prière permet de se recueillir, mais elle ne suffirait pas si un incendie dans la cathédrale de Clermont-Ferrand venait un jour à se déclarer. Toutes les hypothèses ont donc été envisagées et un dispositif de sécurité a été mis en place. « Le bâtiment est surveillé 24h/24 par des appareils de détection d’incendie. Il y a des détecteurs dans tout l’édifice, dans les combles, au sol et bien-sûr au rez-de-chaussée. En cas d’incendie, ça appelle la compagnie qui appelle les pompiers. Ensuite, sur le boitier, on peut localiser le début d’incendie », explique le Père Paul Destable, recteur de la cathédrale de Clermont-Ferrand.

De nouvelles colonnes sèches

Quelques mois après l'incendie de Notre-Dame-de-Paris un exercice avait été organisé pour se préparer à un tel événement et mettre à l'abri les œuvres de la cathédrale. Depuis des aménagements ont été installés, comme une colonne sèche qui permet d'alimenter rapidement chaque niveau en eau. « On a repris tous les plans de la cathédrale pour améliorer nos plans d’intervention. Parallèlement, d’autres colonnes sèches seront mises en place pour améliorer la rapidité de l’action des pompiers », affirme le  Colonel Jean-Jacques Bodelle, directeur départemental adjoint du service incendies du Puy-de-Dôme. Quoi qu'il arrive la cathédrale est toujours gardée lorsqu'elle est ouverte. Pompiers et recteur s'accordent à le dire : en cas d'incendie la meilleure prévention, c'est la présence humaine.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cathédrales culture patrimoine incendie