Clermont-Ferrand : une cérémonie symbolique des cheminots pour enterrer la SNCF et la réforme des retraites

Mardi 7 janvier, une centaine de cheminots ont procédé à Clermont-Ferrand à l'enterrement symbolique de la réforme des retraites et de la SNCF. / © Fabien Gandilhon / France 3 Auvergne
Mardi 7 janvier, une centaine de cheminots ont procédé à Clermont-Ferrand à l'enterrement symbolique de la réforme des retraites et de la SNCF. / © Fabien Gandilhon / France 3 Auvergne

Mardi 7 janvier, une centaine de cheminots se sont rassemblés sur le parvis de la gare SNCF de Clermont-Ferrand. Ils ont enterré symboliquement la réforme des retraites et la SNCF dont le statut a changé en 2020.
 

Par C. L avec Fabien Gandilhon

Mardi 7 janvier, une cérémonie symbolique s’est déroulée sur le parvis de la gare SNCF de Clermont-Ferrand. Au 34e jour de grève, une centaine de cheminots ont enterré la réforme des retraites et la SNCF, en défilant avec un cercueil. Ils répondaient à l’appel des syndicats CGT et Sud Rail et venaient des 4 départements auvergnats. Hervé Gonthier, secrétaire régional CGT Cheminots, explique : « Les cheminots sont toujours déterminés, ils sont toujours dans l’action. Les taux de grévistes augmentent de jour en jour. On s’achemine vers de grosses mobilisations pour jeudi, vendredi et samedi ». Les cheminots se sont rendus jusqu’à l’ancienne direction régionale de la SNCF mais n’ont pas pu rencontrer le directeur d’établissement ferroviaire comme ils le souhaitaient.

Un statut qui a changé

Ils ont voulu dénoncer le changement de statut de la SNCF depuis le 1er janvier. Ils s’inquiètent notamment de la fin du statut de cheminot pour les nouveaux entrants et nourrissent des craintes sur le plan des emplois. Sylvain Duvert, représentant Sud Rail Auvergne-Nivernais, affirme : « La SNCF telle que l’on en parle dans les médias n’existe plus. Elle a été enterrée le 1er janvier avec la promulgation de la nouvelle loi qui gère maintenant la SNCF. Nos dirigeants avaient créé un groupe public ferroviaire en 2014. Nous sommes passés à 5 sociétés anonymes à capitaux publics. Cela veut dire que l’on a la possibilité de déroger au service public en délégant des missions de service public à d’autres entreprises concurrentes ». Les syndicats préparent de nouvelles journées de mobilisation du jeudi 9 au samedi 11 janvier.
 

Sur le même sujet

Les + Lus