Clermont-Ferrand : dans les coulisses des fouilles du chantier de la bibliothèque métropolitaine

Les fouilles du chantier de la bibliothèque métropolitaine de Clermont-Ferrand ont démarré à l’automne 2020. Sur l'ancien site de l'Hôtel-Dieu, les archéologues ont fait quelques découvertes, notamment une poterie du Moyen-Age.

Sur le site de l'ancien Hôtel-Dieu, des fouilles archéologiques ont débuté en novembre 2020.
Sur le site de l'ancien Hôtel-Dieu, des fouilles archéologiques ont débuté en novembre 2020. © Archeodunum

Depuis novembre dernier, des archéologues ont entrepris des fouilles sur le site de la future bibliothèque métropolitaine de Clermont-Ferrand, sur le site de l'ancien Hôtel-Dieu. L’équipe d’Archeodunum va intervenir durant 10 mois cumulés, pour un total de plus de 2 000 journées de travail, sur une surface de 5 000 m². La fouille doit relever une série d’enjeux techniques, tels que la présence d’un réseau de caves et galeries souterraines, l’enfouissement parfois très important des vestiges et l’accessibilité restreinte à la cour d’honneur.

A la recherche des origines de Clermont-Ferrand

La fouille se situe sur le versant sud-ouest de la butte de Clermont-Ferrand, sur laquelle la ville d’Augustonemetum est fondée au début de notre ère. Cette disposition a généré une organisation de l’espace urbain en terrasses. Conformément à la tradition gréco-romaine, le plan de la ville suit une trame orthogonale, dessinant des îlots rectangulaires de 90x110 m. L’orientation des rues se lit aujourd’hui encore dans le plan du coeur de la ville. Le centre monumental antique est localisé sur la butte, où prend place le forum, au croisement des deux rues principales de la ville (aujourd’hui l’avenue Vercingétorix et la rue Grégoire de Tours). Les quartiers résidentiels s’étagent sur les versants est et sud, où plusieurs riches maisons ont été découvertes. Ville ouverte durant le Haut-Empire, l’habitat se rétracte derrière des murailles vers la fin de l’Antiquité, pour ne plus occuper que le sommet de la colline.
 

Les fouilles archéologiques s'effectuent sur une surface de 5 000m².
Les fouilles archéologiques s'effectuent sur une surface de 5 000m². © Archeodunum

Des découvertes inédites

L’équipe d’Archeodunum explore pour l’heure le secteur du « jardin de lecture », dans la partie basse du projet. Un communiqué publié le mercredi 31 mars indique : "Ce que la fouille donne principalement à voir est une portion d’urbanisme située à la frange occidentale d’Augustonemetum. Il s’agit d’un îlot construit, longé par une rue qu’on peut considérer comme la limite occidentale de la ville antique. La chaussée, refaite à plusieurs reprises, est épaisse d’environ 2 mètres, pour une largeur de 5 mètres. En bordure, un trottoir et un portique font l’articulation avec la partie bâtie, qui s’étend en direction de l’Hôtel-Dieu. Les constructions donnant sur la rue sont probablement vouées à des activités artisanales (artisanat de l’os) ou commerciales. A l’arrière, la suite du bâti relève sans doute de lieux d’habitation, de statut relativement modeste. Une série d’installations hydrauliques est particulièrement remarquable : collecteurs maçonnés sous la voirie, conduites en tuyaux de bois alimentant les habitations. Pour l’heure, les éléments de datation renvoient au IIe siècle après- J.-C., mais on s’attend à découvrir des vestiges plus anciens"

Une cave maçonnée identifiée

Le communiqué précise : « Plus haut sur la pente, l’équipe a dégagé un bâtiment en pierre sèche, doté d’un silo enterré et d’un puits en pierre. Les fragments de poterie qui en proviennent sont datables du Moyen-âge. Cette découverte est particulièrement intéressante, car on ne possédait jusque-là pratiquement aucune information sur l’occupation des lieux entre l’Antiquité et l’époque moderne. À l’époque moderne un grand bâtiment vient s’installer au nord-est du site. Très probablement démoli au début du XXe siècle, cet ensemble était doté d’un moins une pièce enterrée, sans doute une cave. C’est également ici qu’a été découvert l’accès à une cave maçonnée appartenant au réseau de galeries situé sous l’Hôtel-Dieu ».
 

Sur le site de l'ancien Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand, les archéologues ont découvert un décor moulé appliqué à l'origine sur une céramique sigillée ou « médaillon d'applique ».
Sur le site de l'ancien Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand, les archéologues ont découvert un décor moulé appliqué à l'origine sur une céramique sigillée ou « médaillon d'applique ». © Archeodunum

Un projet d'envergure

Clermont Auvergne Métropole finance l’opération pour un montant de 3,11 millions d’euros TTC, inclus dans le coût toutes dépenses confondues de 61,7 millions d’euros du projet de bibliothèque. C’est en 2024 que sera livré ce grand projet métropolitain imaginé par le cabinet d’architectes londonien Stanton-Williams associé aux Clermontois de MTa.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture patrimoine archéologie