Clermont-Ferrand : la fermeture des bars à 1 heure du matin prolongée jusqu’au 15 août

Face à l'augmentation des nuisances et des violences nocturnes constatées à Clermont-Ferrand, la préfecture a décidé ce mercredi 29 juillet de prolonger de 15 jours, jusqu'au 15 août, l'arrêté fixant la fermeture de tous les bars et débits de boissons à 1 heure du matin.

Dans le Puy-de-Dôme, les bars devront encore fermer à 1 heure du matin jusqu'au 15 août sur décision préfectorale.
Dans le Puy-de-Dôme, les bars devront encore fermer à 1 heure du matin jusqu'au 15 août sur décision préfectorale. © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
Ce mercredi 29 juillet, la préfète du Puy-de-Dôme a décidé de prolonger l’arrêté visant à suspendre les dérogations d’ouverture des débits de boissons. L’arrêté sera effectif jusqu’au 15 août inclus. « Les désordres qui avaient motivé la mesure de restriction d’accès à la vente d’alcool, qu’ils soient d’ordre sanitaire ou de tranquillité publique, demeurent malheureusement d’actualité. L’appel à l’esprit civique, dans un contexte d’augmentation dans le département des cas de personnes infectées par le Covid19, de rappel incessant au respect des mesures barrière, n’est manifestement pas entendu par une frange de la population noctambule. Il convient donc de continuer à restreindre l’accès à l’alcool et de faire obstacle aux rassemblements devant des commerces de vente d’alcool à compter de 1 heure du matin », explique la préfecture dans un communiqué.

Des établissements passibles de sanctions

Les bars ne sont pas les seuls concernés. En effet, les épiceries et magasins alimentaires de vente à emporter devront également fermer à 1 heure. La préfecture précise que les contrevenants à la règle en vigueur seront sanctionnés En cas de récidive, les établissements qui joueraient les prolongations feront l’objet de mesures spécifiques de fermeture complète. « L’État, avec le soutien de la mairie de Clermont-Ferrand, cherche à susciter une prise de conscience avant que des mesures plus contraignantes ne soient adoptées, pour enrayer la propagation d’un virus dont la dangerosité reste entière. Les forces de l’ordre restent en tout état de cause mobilisées. »

L'insécurité préoccupe

Le virus n’est pas la seule cause de cette décision. En effet, une insécurité grandissante a été constatée dans les rues clermontoises, comme l’indique le maire de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi dans une lettre ouverte adressée au ministère de l’Intérieur : « La sécurité à Clermont-Ferrand est un enjeu plus que préoccupant. Nous sommes conscients des problèmes existants, nous ne nous voilons pas la face. Je sollicite - de nouveau - un entretien avec le ministre de l'Intérieur, pour que l'Etat agisse ! »
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs infos pratiques société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter