Clermont-Ferrand : les malades du cancer du sein ont accès à une infirmière référente

Actuellement, 60 patientes du centre Jean-Perrin bénéficient de ce nouveau dispositif d'infirmière "référente". / © France 3 Auvergne
Actuellement, 60 patientes du centre Jean-Perrin bénéficient de ce nouveau dispositif d'infirmière "référente". / © France 3 Auvergne

Chaque année en octobre, rebaptisé "octobre rose", on fait la promotion du dépistage du cancer du sein. Au centre Jean-Perrin, à Clermont-Ferrand, on met aussi l'accent sur la prise en charge des patientes. Depuis le début de l'année, elles peuvent joindre à tout moment une infirmière référente.

Par Céline Pauilhac, Valérie Riffard

A 44 ans, Karine est suivie depuis 8 ans au centre Jean-Perrin pour un cancer du sein. Depuis cet été, elle bénéficie d'un nouveau traitement antitumoral qu'elle prend à domicile, sous forme de médicament. Pour l'accompagner dans son protocole de soins, elle est suivie par une infirmière référente, Colette Vitry, qu'elle peut rencontrer ou joindre par téléphone à tout moment. Un dispositif destiné à personnaliser mais surtout à simplifier la prise en charge des malades.

"Moi je vois un peu ça comme le service après-vente", sourit Karine. Elle ajoute : "Quand il se passait quelque chose, soit on essayait d'appeler le médecin, ce qui n'est pas toujours évident parce qu'ils ont beaucoup de choses à faire, soit on se tournait vers notre médecin traitant, donc on perdait beaucoup de temps en attente de téléphone ou en attente de réponse... Là, on a une réponse directe""J'ai l'impression d'être une personne à part entière et non pas un cancer, parce qu'au-delà de ses conseils médicaux elle est rassurante et puis elle nous pose aussi des questions sur d'autres choses", apprécie la patiente.

Autre nouveauté dans la prise en charge de la maladie : les médecins traitants des patients sont désormais associés à ce dispositif. "Un de ses intérêts, c'est la liaison ville-hôpital, c'est-à-dire d'avoir un contact avec les intervenants de proximité... c'est le médecin traitant, c'est l'infirmière, mais aussi d'avoir un retour", explique Colette Vitry, infirmière coordinatrice. Une aubaine pour les nombreux malades qui ne souhaitent pas être hospitalisés. "Ils ont aussi une famille, il y a des femmes qui ont des enfants petits... et puis l'hospitalisation n'est jamais une réponse forcément à toutes les problématiques", estime Maryse Huguet, cadre du pôle externe.

Centre Jean Perrin : une infirmière référente pour cancer du sein
Reportage : Valérie Riffard, Arthur John. Intervenantes : Karine Zamparo (Patiente), Colette Vitry (Infirmière coordinatrice), Maryse Huguet (Cadre du pôle externe).



Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus