Clermont-Ferrand : un atelier pour se former à l’art de la reliure

A Clermont-Ferrand, Alicia Cuerva, éditrice chez Cosette Cartonera, une jeune maison d’édition, propose deux fois par mois des ateliers pour apprendre l’art de la reliure. Une façon originale d’apprendre à créer ses propres carnets ou agendas.
A Clermont-Ferrand, Alicia Cuerva propose deux fois par mois des ateliers pour apprendre l’art de la reliure.
A Clermont-Ferrand, Alicia Cuerva propose deux fois par mois des ateliers pour apprendre l’art de la reliure. © Cosette Cartonera

Et si vous appreniez à fabriquer vos propres carnets ou agendas ? C’est ce que propose Alicia Cuerva, deux samedis par mois à Clermont-Ferrand. La jeune femme, éditrice chez Cosette Cartonera, initie des personnes à l’art de la reliure, une journée durant, de 10 heures à 17 heures. Elle explique : « Juste à côté de la boutique d’artisans « Drôles de zèbres » à Clermont-Ferrand, située 10 rue Terrasse, on a réussi à avoir un local partagé avec un sérigraphe. Deux fois par mois, les samedis, de 10 heures à 17 heures, j’enseigne la reliure. Les personnes viennent travailler toute la journée à mes côtés et repartent avec un super savoir-faire et un carnet entièrement fait par leurs soins ».

Différents types de reliure

Elle poursuit : « J’enseigne différents types de reliure que j’ai pu apprendre durant mes voyages en Amérique du sud : la reliure copte, une des plus anciennes, inventée en Egypte, la reliure belge, la reliure Buttenhole, la reliure contemporaine, le leporello ou livre accordéon, la reliure japonaise. Il y a plein de techniques très variées qui sont adaptées à plein d’usages différents pour des carnets ou des petits livres que l’on veut se fabriquer ». A chaque fois, Alicia Cuerva veille sur ses petits protégés : « Je suis en permanence à côté des apprenants. Pas à pas, j’enseigne d’abord comment façonner une couverture, couvrir de tissu, de toile ou de papier. Une fois qu’une tâche est réalisée, on va vers la suivante. Au début ça peut paraître compliqué mais quand on décortique de A à Z, on y arrive parfaitement. Il faut avoir de la bonne volonté et de l’envie d’apprendre. Ca suffit. Il y a plein de reliures adaptées à nos capacités. Il y en a pour les plus jeunes, les plus audacieux. Si on ne se sent pas une âme d’aventurier, il existe des reliures toutes aussi jolies et parfaitement accessibles à un niveau grand débutant ».
 

A Clermont-Ferrand, un atelier reliure est proposé deux fois par mois par la maison d'édition Cosette Cartonera.
A Clermont-Ferrand, un atelier reliure est proposé deux fois par mois par la maison d'édition Cosette Cartonera. © Cosette Cartonera

Un atelier ouvert aux enfants

L’éditrice vise un but simple : « L’objectif est de savoir faire ses propres carnets, pour pouvoir réaliser des cadeaux pour ses proches, créer ses propres agendas ou carnets de brouillon, de voyage ». Les enfants sont aussi les bienvenus : « J’accepte pour cet atelier les enfants à partir de 12 ans. Mais je peux prendre aussi des enfants très manuels et autonomes un peu plus jeunes. J’ai l’idée de proposer cet atelier les mercredis pour des enfants, à partir de 6 ans ». L’atelier veille à ne pas prendre plus de quatre participants, histoire d’être à l’écoute de chacun. Alicia Cuerva confie en souriant : « Je voulais être professeur de langues à la base. J’ai réussi à être professeur d’activités manuelles et c’est encore mieux je trouve ».

Le mouvement "cartonero"

L’éditrice transmet tout le savoir qu’elle a pu développer au sein de Cosette Cartonera : « Cosette Cartonera est une maison d’édition clermontoise, spécialisée en livres jeunesse. Elle a la particularité de faire tous les livres de manière artisanale, à la main, à partir de cartons de récupération pour la fabrication des couvertures des livres. Ce mouvement éditorial « cartonero » est né en Amérique du Sud. A l’issue de mes études, je suis allée me former sur le terrain pour découvrir toutes les techniques de fabrication de livres, pour après revenir en Auvergne et créer la maison d’édition. Le mouvement est né en Argentine. Il y a eu un effet boule de neige dans tous les pays d’Amérique du sud, et surtout au Chili, Mexique, Brésil. Il y en a aussi au Pérou, au Paraguay ».
 

Cinq ans d'existence

Alicia Cuerva indique : « Cosette Cartonera a fêté ses cinq ans ce printemps. On voulait être éditeurs et respecter nos convictions écologiques. On n’a pas voulu créer un modèle conventionnel pour lequel on édite et on imprime une grande quantité de livres, sans savoir s’ils vont tous être vendus. On se retrouve avec de la perte et du pilonnage de livres, et c’est quelque chose que l’on ne voulait pas. On a décidé de faire moins de livre, en imprimant de manière numérique et à la main. On est certains que tous nos livres sont vendus et ne finissent pas au pilon. On ne cherche pas à remplacer le modèle conventionnel mais on veut montrer qu’il y a d’autres manières de faire des livres ». « Monsieur Tortue est l’auteur et le diffuseur. On sort normalement quatre nouveautés par an. Avec la crise, on a eu une année très difficile et on n’a pas pu sortir de nouveautés en 2020. Là, on se rattrape : cet été un titre sort et deux autres paraîtront à la rentrée. On a une boutique en ligne et une boutique en ville, « Drôles de zèbres » qui est un commerce d’artisans partagé. On se fait connaître par le bouche à oreille. Quelques librairies en France proposent nos livres, notamment « Les Volcans » à Clermont-Ferrand » précise la jeune femme. Le prochain atelier de reliure a lieu le samedi 31 juillet. Il faut débourser 55 euros pour y participer et prévoir son repas pour le midi. L’inscription se fait en ligne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
livres culture livres jeunesse littérature art artisanat économie