Comment l'université Clermont Auvergne donne une seconde chance aux non-diplômés

Publié le
Écrit par G.G avec Fabien Gandilhon

Comme Sébastien Genty, 800 personnes ont reçu un diplôme à l'université Clermont Auvergne, grâce à la Validation des Acquis de l'Expérience (VAE).

Depuis 2002, 800 personnes ont obtenu la Validation des Acquis de l'Expérience (VAE), au sein de l'université Clermont Auvergne. Il s'agit d'un diplôme reconnaissant la validation des compétences par l'expérience professionnelle.

C’est avec une grande émotion que Sébastien Genty qualifie l’obtention de son master. C’est "une vraie revanche, une grande fierté". Ce sentiment s'explique par le fait qu'il n’avait alors pas eu de diplôme, pas même le bac. Un parcours sans titre, qui ne l’a pas empêché de se bâtir une belle carrière dans le commerce et le luxe.  

Seulement, après avoir gravi presque tous les échelons dans son secteur, il s’est heurté à un plafond. “Je me suis aperçu très rapidement que les diplômes étaient requis, donc à un niveau master II. Ce que je n’avais pas, malgré presque 20 ans de carrière dans le commerce.”  

"Je me sens mieux dans mes baskets, plus légitime"

Sébastien Genty, consultant formateur

Pour illustrer ce blocage, Sébastien repense à une anecdote qui l’a marquée. “Un candidat postulait à la même offre que moi. Il a été retenu alors qu’il était junior mais il avait un master”. Cet épisode a renforcé en lui le syndrome de l’imposteur. “C’est-à-dire que pour me sentir légitime dans le métier, il était nécessaire pour moi d’avoir ce diplôme, de manière à mieux me positionner vis-à-vis des recruteurs. Et puis, il y avait aussi une revanche personnelle derrière.” Celle d’un échec scolaire. 

Travaillant, il était difficile pour lui de retourner sur les bancs de l’université. C’est pourquoi Sébastien Genty a décidé de faire une VAE, une validation des acquis de l'expérience. “La VAE était la meilleure solution pour moi, puisque ça me permettait de travailler en dehors de mes heures de travail, à mon rythme aussi, et d’être accompagné accessoirement dans l’articulation du dossier, qui est un vrai mémoire.” 

Par la suite, il a dû présenter ce mémoire à un jury, afin de prouver les acquis et les compétences exigés par le diplôme, obtenus dans son parcours professionnel. Depuis l’obtention de son diplôme, Sébastien Genty se “sent mieux dans ses baskets” et “plus légitime”. Une reconnaissance qu’il ressent auprès de ses clients. “Le fait d’arriver avec un diplôme, en plus universitaire, ils ne se posent pas la question de la légitimité.” 

5 000 bénéficiaires en Auvergne-Rhône Alpes

La VAE représente pour lui "une véritable seconde chance", un “moyen d’accéder à une meilleure employabilité”. Comme Sébastien, un peu plus de 800 personnes ont obtenu leur VAE dans l'université clermontoise depuis la création du dispositif en 2002.

C’est une démarche différente de celles qu’on peut avoir plus spontanément avec des étudiants qui viennent suivre des cours”, reconnaît Françoise Peyrard, vice-présidente de l’Université Clermont Auvergne et chargée de la formation. “C’est vrai que ça demande à l’université de s’adapter pour être capable d’accueillir ces parcours-là. Et de ne plus être simplement dans le parcours parfaitement linéaire de l’étudiant qui sort du bac, qui vient se faire diplômer.” 

L’an dernier, en Auvergne-Rhône Alpes, près de 5 000 personnes ont défendu leur dossier de VAE devant un jury. Et près de 90 % d’entre eux ont obtenu une validation partielle ou totale. Une porte ouverte vers de nouvelles perspectives. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité