• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Concert en 360°: une start-up de Clermont-Ferrand lance son application

Homework, une start-up de Clermont-Ferrand a développé une application pour revoir des concerts en 360°. Des spectacles enregistrés à la Coopérative de mai.

Par Kamel Tir

Ce sont quatre garçons dans le vent : Blanche, Rémi, Vivi et Willis. Sous leur nom de scène se cachent quatre amateurs de musique et d’image. Ils ne sont pas musiciens mais baignent dans ce milieu. Il y a deux ans, ces Clermontois âgés de 22 à 27 ans, ont créé leur start-up : Homework. Une société spécialisée dans le tournage de clips vidéo et la captation de concerts. Parallèlement, ces Auvergnats développent des applications, toujours en lien avec la musique. Leur dernier né s’appelle 3.6. Une application pour toutes les plateformes mobiles et qui permet de revoir des concerts en 360°.



Installés à la pépinière de la Coopérative de Mai, ces jeunes créatifs travaillent en partenariat avec la célèbre salle de concert de Clermont-Ferrand.
« 3.6 c’est un peu une vitrine de notre savoir-faire » confie Blanche. « La démocratisation des caméras 360° nous a ouvert de nouvelles perspectives de développement transmedia. De nouvelles formes de narration s’offrent à nous. » explique, enthousiaste, le plus jeune de la bande.

On a fait ça pour se faire plaisir et pour rencontrer de nouveaux artistes


Filmer des concerts est leur cœur de métier. Aussi, Homework s’appuie sur son expertise pour proposer en replay des captations de concerts tournées en 360°. « Ça ne sera jamais aussi bien que lorsque l’on est en concert » reconnaît Blanche, « mais notre application propose une immersion originale dans l’ambiance d’un concert, plus interactive et plus vivante que ce qu’on a l’habitude de trouver sur les écrans classiques ».

Cette application qui a nécessité 6 mois de développement n’est pas une source de revenu pour la start-up. «  En fait, on ne gagne pas d’argent avec. On a fait ça pour se faire plaisir et pour rencontrer de nouveaux artistes » insiste Blanche. Des rencontres qui pourront, peut-être, déboucher sur la réalisation de clips, le véritable gagne-pain d’Homework.
Pour Blanche et ses acolytes, cette application dans l’air du temps : « c’est un moyen de montrer qu’à Clermont-Ferrand, on peut porter et développer des projets innovants. Ici, aussi bien qu’à Paris ! ». Mieux ! Puisque cette petite start-up auvergnate a initié une petite révolution, à 360°, dans l’univers des salles de concert.


 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

RUGBY. Le HAKA des joueuses des néo zélandaises

Les + Lus