Coronavirus COVID-19 : les mesures à respecter lors des rassemblements religieux

En raison de l’épidémie de Coronavirus COVID-19, certaines précautions doivent être respectées pour éviter la contamination lors des offices religieux. C’était le cas ce dimanche 8 mars lors de la messe à la cathédrale de Clermont-Ferrand, mais ces mesures s’appliquent à tous les cultes religieux.
En raison de l'épidémie de Coronavirus COVID-19 qui touche le pays, certaines mesures sanitaires doivent être prises lors des offices religieux.
En raison de l'épidémie de Coronavirus COVID-19 qui touche le pays, certaines mesures sanitaires doivent être prises lors des offices religieux. © C.Genet / FTV
En raison de l’épidémie de Coronavirus Covid-19, le ministère de la Santé a fait parvenir des recommandations afin d’éviter la propagation du virus dans les lieux de culte, lors des rassemblements religieux. Ce dimanche 8 mars, lors de la messe donnée à la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption à Clermont-Ferrand, les fidèles pouvaient lire sur leur livret de messe une lettre du Père Kalist, archevêque de Clermont-Ferrand, contenant les recommandations données par la Conférence des Evêques de France. Il y est stipulé, entre autres, de « s’abstenir du geste de paix » ou de « rester chez soi en cas de doute sur son état de santé ».

Les bénitiers vidés

Des recommandations à destination des célébrants y sont également spécifiées : les bénitiers doivent être vidés, la communion ne doit être donnée que dans les mains. « On sent chez les fidèles beaucoup de responsabilité et de bon sens face à ces mesures. Les gens sont sereins, respectueux et prudents. Si nous avons en France la chance d’avoir une messe télévisée, qui ne remplace pas la présence physique mais permet aux gens qui ne peuvent pas se déplacer de suivre la messe, il faut quand même garder à l’esprit l’importance de la vie communautaire. Nous espérons qu’après ces mesures transitoires, le culte pourra reprendre normalement », affirme Bernard Lecher, vicaire du diocèse de Clermont-Ferrand.

« Proposer des solutions hydro-alcooliques à l’entrée de la synagogue »

Des recommandations ont également été faites par le Grand Rabbin de France à la communauté juive françaises : « ne pas embrasser les personnes, les livres de prière, les talitot communautaires, les mezuzot et les Sifré Torah » par exemple, ou encore « proposer des solutions hydro-alcooliques à l’entrée de la synagogue ».Le vice-président de l’Association Cultuelle Israélite de Clermont-Ferrand Michel Wurm assure que les fidèles sont plutôt sereins lors des offices religieux : « Je n’ai pas senti de crainte, les gens respectent bien les règles. Ce sont des recommandations très mesurées. A ma connaissance, il n’y a pas de désaffection des fidèles par crainte de l’épidémie. »

"La préservation de la santé des fidèles prime sur la célébration collective de la prière"

Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) a lui aussi fait suivre des règles à afficher au sein des lieux de culte : " Si, dans les semaines à venir, les autorités compétentes demandent l’annulation de la prière collective du vendredi, voire la fermeture provisoire des lieux de culte, parce que la situation sanitaire l’exige, vous devez appliquer ces consignes et expliquer aux fidèles que la préservation de la santé des fidèles prime sur la célébration collective de la prière. » Il est également recommandé de retirer des lieux d’ablutions des mosquées les serviettes à usages multiples et les remplacer par des serviettes à usage unique.

Pour tous les cultes religieux quels qu’ils soient, il est recommandé aux personnes vulnérables, de par leur âge ou leur état de santé, de ne pas se rendre aux offices religieux. Il en va de même pour les fidèles présentant des symptômes ou ayant une personne contaminée dans leur entourage.  
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 religion santé société