Coronavirus COVID-19 : pas de championnats du monde de patinage pour Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron

Le gouvernement du Québec a annoncé mercredi 11 mars l'annulation des Championnats du monde de patinage artistique, prévus du 16 au 22 mars à Montréal, en raison de la pandémie de coronavirus. Le couple de Clermont-Ferrand Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron visaient un cinquième titre.
 
Le couple de patineurs clermontois Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron visaient un 5e titre mondial au Canada.
Le couple de patineurs clermontois Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron visaient un 5e titre mondial au Canada. © DANIEL MIHAILESCU / AFP
"Les Championnats du monde du patinage artistique prévus à Montréal la semaine prochaine sont annulés", a déclaré à la presse mercredi 11 mars la ministre de la Santé du Québec, Danielle McCann, invoquant "le potentiel de transmission du virus à un nombre important de personnes" pendant l'événement. L'ISU, Union internationale de patinage, affirme qu'elle réévaluera "dans les prochaines semaines" la possibilité de tenir l'événement plus tard dans l'année, "mais pas avant octobre", et qu'elle restera en contact étroit avec la fédération canadienne avant de rendre sa décision. Quelque 200 patineurs d'une cinquantaine de pays étaient attendus au centre Bell de la métropole québécoise.

Les Clermontois devront attendre

Parmi eux, le couple français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, quadruples champions du monde (2015, 2016, 2018 et 2019) de danse sur glace, y visaient une cinquième couronne mondiale, dans la ville où ils s'entraînent et sont installés depuis l'été 2014. D'autant plus après avoir été battus, pour la première fois depuis près de deux ans, aux Championnats d'Europe mi-janvier à Graz, en Autriche. Le Canada recense un décès causé par le coronavirus sur une centaine de cas confirmés à ce jour, dont huit au Québec.

Des risques à mesurer

Danielle McCann a également invoqué le fait que "certains participants" attendus provenaient "de pays où il existe une transmission locale du virus" et où "l'accès aux tests de laboratoire et aux soins pourrait être limité". L'événement "peut contribuer à la dissémination géographique du virus", a-t-elle dit. La fédération canadienne de patinage et l'Union internationale de patinage (ISU) "respectent pleinement la difficile décision prise aujourd'hui", ont-elles indiqué dans un communiqué.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 patinage sur glace sport santé société