Coronavirus COVID-19 : dans le Puy-de-Dôme, "Il est certain que beaucoup d’événements seront annulés"

Dans le Puy-de-Dôme, l’épidémie de Coronavirus COVID-19 a provoqué l’interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes. Ce décret paraîtra au Journal Officiel du 10 mars et il impactera fortement le domaine de l’évènementiel dans la région.

L'épidémie de Coronavirus COVID-19 qui touche le Puy-de-Dôme a provoqué l'interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes, un coup dur pour le milieu de l’événementiel.
L'épidémie de Coronavirus COVID-19 qui touche le Puy-de-Dôme a provoqué l'interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes, un coup dur pour le milieu de l’événementiel. © NICOLAS Thierry / MAXPPP
Dans le Puy-de-Dôme, pour limiter la propagation du Coronavirus COVID-19, un décret interdisant les rassemblements de plus de 1 000 personnes en milieu confiné paraîtra au Journal Officiel le mardi 10 mars. Concerts, salons, expositions, ce décret risque d’affecter fortement le milieu de l’évènementiel dans la région. « Nous respectons les directives car le plus important pour nous est la santé de tous. On ne sait pas encore exactement ce qui va se passer, mais il est certain que beaucoup d’évènements seront annulés », explique Anne-Marie Baezner, responsable de GL Events, société en charge de la gestion du Zénith d’Auvergne et de Polydôme.

Les équipes de la Coopérative de Mai, à Clermont-Ferrand, attendent la publication de l’arrêté préfectoral pour informer le public du maintien ou de l’annulation des concerts prévus. Ils alertent les utilisateurs dans un post sur les réseaux sociaux : " Les équipes de la Coopérative de Mai sont actuellement mobilisées, et sont en contact permanent avec les autorités et les producteurs de spectacles. Nous vous tiendrons informé(e)s dès que possible. "

Reporter plutôt qu'annuler

Pour limiter l’impact de cette mesure préventive sur leur activité, la société tente de décaler le plus d’évènements possible : « On essaie de trouver des dates pour reporter les manifestations, c’est le plus gros de notre travail en ce moment. Il faut trouver des dates qui conviennent le mieux possible aux organisateurs, aux artistes, aux exposants », affirme Anne-Marie Baezner. Les dates choisies pour le report des évènements varient entre la mi-mai et le début du mois de septembre.

Des plans de contrôle pour éviter les foules

Pour éviter les reports et les annulations, GL Events tente également de trouver d’autres solutions : « Dernièrement, lors du salon Primevère, nous avons testé un plan de contrôle des visiteurs et des exposants, afin, que le nombre de personnes dans le salon ne dépasse jamais la limite autorisée. Ça a bien fonctionné, la préfecture a fait plusieurs contrôles pour voir si nous respections bien les règles et à chaque fois, nous étions en-dessous du nombre de visiteurs autorisé. Nous allons voir si ce genre de plan est applicable pour 1000 personnes », raconte Anne-Marie Baezner. Malgré ces dispositions, la fréquentation des lieux de rassemblement est en baisse dans la région.

Vers un huis clos pour les matchs de l'ASM Clermont-Auvergne ?

L’épidémie de Coronavirus COVID-19 pourrait provoquer un huis clos pour les matchs de l’ASM Clermont-Auvergne, c’est en tout cas une piste proposée par la ministre des Sports Roxana Maracineanu. Si le président du club auvergnat Eric de Cromières se dit très satisfait de la décision de maintenir les matchs malgré l’épidémie, il espère en revanche pouvoir trouver des "solutions alternatives" à la tenue de ces matchs à huis-clos qui, selon lui, pourrait avoir de lourdes conséquences sur la stabilité financière du club.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société concerts culture musique salons économie