Destruction de la muraille de Chine : Le relogement inquiète les habitants

Le maire de Clermont-Ferrand a annoncé lundi lors d'une réunion publique que la municipalité auvergnate avait fait le choix de démolir la muraille de Chine, cette longue barre d'immeuble en béton qui domine la ville. Depuis, les habitants sont inquiets. Où seront-ils reloger ?  

Comment se reloger ? En officialisant la disparition à l'horizon 2022 de la muraille de Chine, le maire de Clermont-Ferrand a aussi réveillé les craintes des habitants. Intervenant : Olivier Bianchi maire PS de Clermont-Ferrand et Président de Clermont Communauté ©France 3 Auvergne
Le maire de Clermont-Ferrand a annoncé lundi lors d'une réunion publique que la municipalité auvergnate avait fait le choix de démolir la muraille de Chine, cette longue barre d'immeuble en béton qui domine la ville. Depuis, les habitants sont inquiets : Où seront-ils reloger ?

Pendant plus de deux heures, Olivier Bianchi (PS) maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Communauté a répondu aux nombreuses questions des habitants de la muraille de Chine et du quartier Saint Jacques. Les plus anciens expriment leurs craintes : "Avec les voisins, on se connaît depuis cinquante ans. On a peur d'être séparés." D'autres confient leur soulagement car ils ressentaient la muraille de Chine comme "une barrière physique et une frontière sociale." Olivier Bianchi a promis un accompagnement et une garantie de relogement pour chacun. 

SE RELOGER MAIS A QUEL PRIX ?

Longue de 320 mètres, la muraille de Chine compte 354 appartements avec vue sur le Puy-de-Dôme. Elle offrait jusqu'ici les loyers les moins chers de l'agglomération. Dans quelles conditions aura lieu ce déménagement géant et à quel prix ? C'est une autre crainte des habitants. La municipalité espère "rééquilibrer la mixité sociale du quartier", qui concentre actuellement 89% des logements sociaux de la ville, ce qui le rendrait plus attractif.

LE CALENDRIER DE LA DEMOLITION 

Une fois la proposition de démolition adoptée par l'office public HLM Logidôme, puis par l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), débutera en 2017-2018 le processus de relogement de 900 habitants de la muraille de Chine et de l'Allée des Dômes, un autre immeuble situé à proximité. Prévue aux alentours de 2021-2022, la démolition devrait laisser place à de nouveaux logements, ainsi qu'à une coulée verte jusqu'au Jardin Lecoq.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
urbanisme architecture logement politique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter