Electricité : on vous explique le test de réduction de puissance des compteurs Linky dans le Puy-de-Dôme

Le département du Puy-de-Dôme va faire l’objet d’une expérimentation pour réduire temporairement la puissance de l’électricité dans certains foyers d’ici fin mars. On vous détaille comment cela fonctionne.

C’est un test grandeur nature que vont expérimenter d’ici la fin du mois de mars les habitants du Puy-de-Dôme. Un nouvel outil visant à limiter temporairement la puissance électrique va être mis en place dans ce département, afin d’éviter des coupures de courant programmées en cas de tension extrême sur le réseau. Cette expérimentation consistera à abaisser la puissance disponible des compteurs résidentiels Linky à 3 000 watts contre 6 000 à 12 000 watts habituellement.

Combien de foyers concernés ?


Une zone d’environ 150 000 habitants sera ciblée. Les foyers seront prévenus à l’avance, mais l’électricité ne sera pas coupée. Seuls les foyers des particuliers sont concernés. Les clients à hauts risques vitaux, comme par exemple les personnes sous respirateurs, sont exclus de ce test.

Comment les foyers seront-ils prévenus ?


Cyrille Moreau, directeur Enedis Auvergne, explique : « On va écrire à l’ensemble des clients concernés pour les prévenir. Un courrier doit partir dans les prochains jours. Ils auront la possibilité de refuser de participer. On attend 15 jours ouvrés pour que les clients qui ne veulent pas participer se désinscrivent ». 

Quand le test aura-t-il lieu ?


La date de l’expérimentation n’est pas encore arrêtée. Elle aura lieu d'ici fin mars. Cyrille Moreau indique : « Les foyers qui participent seront prévenus 5 jours avant. On leur écrira par courrier, mail ou SMS »

Que se passe-t-il le jour J ?


Cyrille Moreau souligne : « La puissance du foyer passera à 3 000 watts pendant une période de 2 heures. Quand vous avez un frigo, un congélateur, une box Internet, un ordinateur, de l’éclairage, une télévision, cela représente environ 2 000 watts. Il reste de la place pour 1 000 watts. Cela peut être un appareil de forte puissance, comme une plaque électrique, un radiateur. Pendant ces deux heures-là, il ne faut pas mettre de chauffage électrique, sauf un appareil, et il ne faut pas faire de machine pendant ce temps ». Il est déconseillé pour un foyer d'utiliser simultanément plusieurs équipements énergivores (four, lave-linge, sèche-linge, lave-vaisselle).

Comment les foyers seront-ils dédommagés ?


Si les foyers participent, ils auront une prime de 10 euros pour les 2 heures où la puissance a été baissée.

Pourquoi ce test ?


Le directeur Enedis Auvergne rappelle : « L’année dernière, il y avait des problèmes d’alimentation électrique et on a parlé de délestage. A ce moment, on s’est interrogé pour savoir que faire et éviter le délestage. On a demandé aux gens de faire des efforts de sobriété et cela a bien marché : la consommation a baissé de 8 %. On avait aussi la possibilité de demander à certains clients, des industriels, de s’effacer et de couper leur consommation à certains moments, mais on ne l'a pas fait. On aurait aussi eu la possibilité de baisser la tension de 5 % au niveau du réseau. Le dernier levier est le délestage, où l’on coupe l’électricité des particuliers et des professionnels. C'est en se préparant à tout cela que le ministère de la Transition énergétique et Enedis ont eu cette idée de baisse de puissance, possible à distance grâce au compteur Linky ».

Pourquoi le Puy-de-Dôme a-t-il été choisi ?


Le Puy-de-Dôme est un territoire intéressant car on y trouve à la fois de l’urbain dense et du rural. Les différents types de puissance sont représentés. « On a aussi choisi le Puy-de-Dôme parce qu’il peut faire froid, avec une variation de la consommation en fonction de la température. Sur les 300 000 clients du territoire, on va faire en sorte que chaque famille de puissance soit représentée. Il faut que le panel soit représentatif pour voir si on peut déployer le test en grandeur réelle sur le réseau. Si on fait le test cette année, c’est parce que la situation du système électrique va bien cet hiver » précise Cyrille Moreau.
En cas de résultats probants, ce test pourrait représenter un outil pour éviter les coupures temporaires et être généralisé.