Eric de Cromières, président de l’ASM Clermont Auvergne, dénonce le calendrier du Top 14 : “On va droit dans le mur”

Eric de Cromières, président de l'ASM Clermont Auvergne, dénonce le calendrier imposé à ses joueurs. / © Cottereau Fabien / MAXPPP
Eric de Cromières, président de l'ASM Clermont Auvergne, dénonce le calendrier imposé à ses joueurs. / © Cottereau Fabien / MAXPPP

Après la victoire de l’ASM Clermont Auvergne contre le Stade Français dimanche 29 septembre, le président du club Eric de Cromières est rassuré. Mais il appelle à une réforme du Top 14.
 

Par C. L avec Jean-Luc Roussilhe

Dimanche 29 septembre, les joueurs de l’ASM Clermont Auvergne se sont imposés à l’extérieur face au Stade Français sur le score de 32 à 18. Une victoire bienvenue après deux défaites successives, l’une face à Brive, à l'extérieur, l’autre face à Pau, à domicile. Cette victoire rassure Eric de Cromières, le président du club. Il explique : « Ce qui porte ses fruits, c’est le travail des joueurs, et du staff. J’ai simplement insisté après le premier bloc sur le fait que les deux derniers matchs n’étaient pas dignes de nous. On avait 8 points à la fin du premier bloc, je n’aimerais pas que l’on ait 8 points à la fin du deuxième. Car là, on serait vraiment très loin de nos objectifs ».

Dix internationaux partis au Japon

Mais si le début de saison de l’ASM Clermont Auvergne a été en demi-teinte, c’est sans doute dû à la concomitance de la coupe du monde au Japon. Le club auvergnat compte dans ses rangs 10 internationaux partis au pays du soleil levant. Eric de Cromières ne mâche pas ses mots quand il évoque le calendrier de ses joueurs. Il affirme : « Tout le monde sait ce que je pense du calendrier et de notre incapacité à nous réformer qui finira, un jour, par nous sauter à la gueule. Personne n’a l’air de vouloir prendre le sujet à bras-le-corps. Je ne peux pas le porter tout seul ou à 2 ou 3. Tant que l’on ne sera pas en Top 12, je pense qu’il y aura des problèmes : que ce soit de blessures, que ce soit de championnat tronqué. C’est insupportable. Je ne sais pas comment les instances dirigeantes de ce sport ne réalisent pas que l’on va droit dans le mur ».

Sur le même sujet

Les + Lus