Fermeture des centres commerciaux : « Ça nous fait peur pour l'avenir », s'inquiètent ces commerçants du Puy-de-Dôme

À Clermont-Ferrand et dans le Puy-de-Dôme, plusieurs centres commerciaux sont restés fermés ce lundi 1er février, suite aux restrictions liées au COVID19. Propriétaires et employés des boutiques en galeries manifestent leur désarroi et dénoncent une concurrence déloyale.

Dans la galerie d'Auchan sud, à Aubière, tous les rideaux sont restés baissés ce lundi 1e février.
Dans la galerie d'Auchan sud, à Aubière, tous les rideaux sont restés baissés ce lundi 1e février. © Laurent Pastural / FTV

Les boutiques de plusieurs centres commerciaux du Puy-de-Dôme ont dû garder leur rideau baissé en ce début de mois de février. Propriétaires et employés de ces magasins s'étaient rassemblés ce lundi après-midi devant la préfecture du Puy-de-Dôme à Clermont-Ferrand. Une décision prise au pied levé pour manifester un profond sentiment d'injustice.

« Ou bien tout le monde travaille, ou bien personne »

Si certains parviennent à se réjouir pour leur collègues encore ouverts, la majorité des employés sont amers. Les manifestants reprochent au gouvernement un manque d’équité. « C’est de la concurrence déloyale, s’agace un bijoutier de Lempdes. À 50 mètres de là, les mêmes commerces ont le droit d’ouvrir. » Ils n’y voient « pas forcément de logique ». Jauge de clients dans le magasin, port du masque et gel à disposition : « Les protocoles sanitaires sont les mêmes dans les magasins en centre commercial et ailleurs » renchérit la propriétaire de plusieurs salons de coiffure. « Avec cette décision, nos clients peuvent aller se faire coiffer ailleurs, donc il n’y a que nous qui y perdons, ajoute-t-elle. C’est injuste : ou bien tout le monde travaille, ou bien personne. »

Pas de click & collect : « On nous enlève le semblant de vie que l’on avait en magasin »

Outre la fermeture des magasins, l’interdiction du click & collect est un coup dur pour les commerçants. « On nous enlève le semblant de vie que l’on avait en magasin », déplore Chloé, qui tient une boutique de bijoux avec sa mère dans le centre Jaude 2. Les trois salariées de la boutique ont été passées en chômage partiel, c’est « mieux que rien mais 84% de salaire ce n’est pas suffisant quand on a des enfants à charge. » Pour sa mère, Nadine, le pire reste encore l’incertitude : « Nous n’avons aucune date de réouverture, comme les restaurateurs. Ça n’est que le début et ça nous fait peur pour l’avenir. » Dans les centres commerciaux, les petites boutiques et les franchises ne bénéficient pas de la solidité économique d’un groupe et doivent faire face aux contraintes, seules : « On est toujours en minorité et personne ne nous écoute. »

Des alternatives insuffisantes

« On est jeunes et on ne va pas se laisser abattre », relativise Nora, propriétaire de deux bijouteries à Nacarat et Ménétrol. Avec ses employés, elle a déjà prévu « des live et des réels [ndlr : des vidéos dynamiques de 15 secondes] sur Instagram ». En plus de leur site internet, lancé pendant le deuxième confinement, l’équipe souhaite garder le contact avec la clientèle : « Dès samedi, on sera sur le marché de Riom et les week-ends suivants sur les marchés aux alentours. »

« Sans la Saint-Valentin, l’année commence très mal »

Au mois de février se joue « la deuxième plus grosse période de l’année » pour les bijouteries et chocolateries. « Sans la Saint-Valentin, l’année commence très mal » déplore Christelle, responsable de plusieurs bijouteries en centre commercial. Autour d'elle, les autres employés acquiescent, dépités. Franchisée de deux grandes marques, Christelle ne se fait pas d'illusions : « Les clients pourront commander en ligne, sur le site de la marque. Mais nous, en franchise, nous n'aurons rien. »

Les centres commerciaux fermés dans le Puy-de-Dôme

La préfecture du Puy-de-Dôme a identifié dix établissements concernés par la fermeture des centres commerciaux de plus de 20 000 m2 :

• centre commercial Auchan Plein Sud (fermeture des commerces non-alimentaires) ;
• centre commercial Auchan Nord (fermeture des commerces non-alimentaires) ;
• centre commercial Leclerc Le Brezet (fermeture des commerces non-alimentaires) ;
• centre commercial Nacarat (fermeture des commerces non-alimentaires) ;
• centre commercial Jaude 1 (fermeture des commerces non-alimentaires) ;
• centre commercial Leclerc La Pardieu (fermeture des commerces non-alimentaires) ;
• centre commercial Cora, Lempdes (fermeture des commerces non-alimentaires) ;
• centre commercial Riom Sud (fermeture des commerces non-alimentaires) ;
• magasin Ikea.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 santé société