Festival du court métrage : Clermont-Ferrand s'apprête à accueillir le monde entier

Du 31 janvier au 8 février 2020, c’est la 42ème édition du festival du court-métrage à Clermont-Ferrand. 161 films en compétition, deux séries thématiques, deux rétrospectives et une foultitude de rencontres sont au rendez-vous.
 

L'affiche de l'édition 2020 du Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand a été conçue par l'illustratrice portugaise Susa Monteiro.
L'affiche de l'édition 2020 du Festival du court-métrage de Clermont-Ferrand a été conçue par l'illustratrice portugaise Susa Monteiro. © Susa Monteiro
Une comédie musicale autour d’un plot de circulation, jubilatoire, (Plot, de Sébastien Auger, série nationale F9) un exorcisme au sein d’une communauté juive, déroutant, (Dibbuk, de Dayan David Oualid, F9)  l’invasion d’extra-terrestres dans les montagnes de l’Atlas au Maroc, fascinant, (Qu’importe si les bêtes meurent, de Sofia Alaoui, F8)… Les histoires que le festival du court-métrage de Clermont-Ferrand nous raconte semblent, comme dirait l’autre, abracadabrantesque. Mais le cinéma, on le sait, peut nous faire avaler n’importe quoi. En tout cas, le festival clermontois a habitué ses spectateurs aux histoires les plus démentes. Les plus sombres aussi, comme celle de ce garçon, albanais, qui se bat à mort dans un van en mouvement, pour s’offrir un aller sans retour pour Londres (The Van, de Erenik Beqiri, série nationale F8).

165 000 entrées sur dix jours

L’an dernier, le festival a enregistré 165000 entrées sur dix jours et espère afficher le même bilan d’ici la fin de la semaine. Au total ce sont près de 500 films qui seront présentés cette année. Avec en plus des compétitions nationales, internationales et labo, les deux thématiques, la Pologne, pays à l’honneur cette année et les mondes paysans qui regroupent les films qui depuis 42 ans ont mis en boîte la ruralité.
 

Deux cinéastes seront à l’honneur en 2020 : un hommage au réalisateur, scénariste, producteur, illustrateur, musicien et designer Rosto, disparu en mars 2019 et dont tous les films d’animation ont été présentés à Clermont-Ferrand. L’autre figure de ce festival, c’est Olivier Smolders, réalisateur qui totalise l’incroyable record de 10 films sélectionnés au festival clermontois, dans les trois compétitions. Le belge fera partie du jury international.

Plusieurs centaines de fictions, une quarantaine de documentaires, des fictions animés mais aussi des documentaires animés, des comédies dont deux seront musicales, des premiers films bien sûr et une soixantaine de pays représentés, même si c’est court, vous n’aurez pas le temps de tout voir.

Pour retrouver la programmation c'est ici.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma festival du court-métrage de clermont-ferrand culture