• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Franck Azéma (Clermont) : “On va dire que c'est une finale perdue mais pour pouvoir les perdre, il faut y être.”

Franck Azéma, le directeur sportif de l'ASM Clermont Auvergne. / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Franck Azéma, le directeur sportif de l'ASM Clermont Auvergne. / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Invité de France 3 Auvergne, lundi soir, le directeur sportif de l'ASM Clermont Auvergne a fait le bilan d'une saison qui a vu l'équipe auvergnate disputer 2 finales pour un titre. Si les Clermontois ont échoué à conquérir un 3e Bouclier de Brennus, Franck Azéma préfère voir le verre à moitié plein.

Par S. Moccozet avec J.-L. Roussilhe

Deux jours après la défaite de l'ASM Clermont Auvergne en finale du Top 14, Franck Azéma était l'invité du 19/20 sur France 3 Auvergne. Le directeur sportif du club clermontois a analysé, à froid, l'échec de son équipe face au Stade Toulousain (24 à 18), sacré champion de France pour la 20e fois de son histoire (et la 5e fois à l'issue d'une finale contre Clermont). 

Comment expliquez-vous que vos joueurs soient passés à côté de ce match samedi soir ?
D'abord, c'est la réussite de Toulouse sur l'ensemble de la saison. Ils ont été consistants de bout en bout et ils ont fait le match qu'il fallait sur une finale. Nous, on est restés 15, 20 % en dessous de notre niveau par rapport à ce qu'on produit d'habitude, même si on avait montré de la sérénité à l'approche de ces matches-là.

Pourquoi ?
J'ai l'impression qu'on a, à partir de l'échauffement, été perturbés par la blessure d'Arthur Iturria. On était moins adaptables que d'habitude et tout a été fait un petit peu plus dans la précipitation. A l'échauffement, dans le vestiaire et avant le match, et puis aussi notre première mi-temps où on a eu beaucoup d'occasions mais on était trop précipités pour aller les mettre derrière la ligne.

On a le sentiment que les Toulousains, dès qu'ils accéléraient, ça faisait mal...
Il y a un premier essai qui est bien mené. Il y a deux occasions qu'ils ont très bien jouées.

Et une difficulté à sortir de votre camp...
Je ne pense pas que c'est ça qui nous ait fait le plus mal. Honnêtement, ça compte mais c'est plutôt dans nos choix quand on a eu le ballon. On a été timides par moment, trop précipités par moment. On a largement, sur le match, 5 ou 6 occasions intéressantes pour pouvoir les mettre à mal mais on n'a jamais réussi à marquer. On a réussi à les mettre sous pression quelques fois en mettant des points au pied mais pas suffisamment bons dans l'exécution. Ça vient aussi de la qualité du pressing qu'ils nous ont mis, mais nous aussi, dans nos choix, on n'a pas été précis.

On ne va pas s'en servir d'excuse, mais l'arbitrage de monsieur Garcès est litigieux sur plusieurs occasions. Il ne vous a pas fait de cadeaux, c'est le moins qu'on puisse dire...
C'est regrettable parce que, malgré nos imprécisions, on finit à 6 points, donc on se dit que tout compte. Les en-avants, la situation sur Kolbe, le hors-jeu autour de Camille Lopez sur Gray en fin de match, c'est des situations qui sont regrettables. A partir du moment où on ne compte pas en-avant sur la première passe de Guitoune envers Huget en début de match, il fallait laisser le même tempo sur tout le match.

Le sentiment que rien n'a vraiment tourné rond, que vous auriez pu jouer plusieurs minutes sans pouvoir marquer, il a manqué au groupe un patron, un Morgan Parra ?
Non, je ne suis pas d'accord avec ça. Je pense qu'on aurait pu l'emporter, on l'a vu sur le dernier quart d'heure, on a réussi à les mettre sous pression, on aurait pu peut-être marquer et on ne serait pas en train de discuter de ça. Morgan a joué un rôle important tout au long de la saison, c'est pour ça que je lui ai demandé d'être capitaine en début de saison et je ne vais pas me renier par rapport à ça. Je trouve que, justement, personne n'a dit - c'est à lui de le faire -. Ils se sont partagé les tâches, que ce soit Benjamin (Kayser), Greg (Laidlaw), Fritz (Lee), tout le monde, qu'ils soient dans le groupe ou pas, a essayé d'amener un maximum. Je crois que c'est une belle saison dans l'ensemble avec un titre sur le coupe d'Europe, la capacité de pouvoir jouer la Champions Cup l'année prochaine. On va dire que c'est une finale perdue mais pour pouvoir les perdre, il faut y être. Quand tu es éliminé en demi-finale, c'est sûr qu'on ne te dit pas que tu l'as perdue. En 4 ans, on a été capables d'aller chercher 6 fois des possibilités d'aller gagner des finales, on en gagne 2. J'espère qu'on va continuer à avoir ce rythme-là pour pouvoir en gagner d'autres. C'est frustrant de les perdre mais on a envie de basculer sur la saison prochaine.

Propos recueillis par Jean-Luc Roussilhe

 
Top 14 : Franck Azéma analyse la défaite de l'ASM en finale contre Toulouse

Sur le même sujet

Top 14 : Franck Azéma analyse la défaite de l'ASM en finale contre Toulouse

Les + Lus