Franck Azéma : “En Top 14, il y a 12 équipes qui n'ont aucune certitude et on en fait partie”

Pour Franck Azéma, les Clermontois doivent faire preuve de plus de précision et de réalisme / © DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Pour Franck Azéma, les Clermontois doivent faire preuve de plus de précision et de réalisme / © DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Après la défaite contre le Racing samedi 4 janvier, l'ASM Clermont Auvergne est désormais 8ème du Top 14, hors des six places qualificatives pour les phases finales. A mi-championnat, Franck Azéma dresse un premier bilan.

Par FG avec Jean-Luc Roussilhe

Le bilan n'est pas satisfaisant sur cette première partie de Top 14. Est-ce qu'on peut dire qu'il est mauvais ?

Franck Azéma : "Mauvais, je pense que c'est un peu sévère, quand même. On est aujourd'hui en position de pouvoir se qualifier pour un quart de finale de coupe d'Europe, il nous reste deux matches à valider prochainement pour cela. En Top 14, on n'est pas en bonne position aujourd'hui. Si on reproduit une deuxième partie de saison identique à la première, on ne sera pas dans les clous. Par contre, il reste 13 matchs à disputer en championnat et on va se mobiliser."

Le bilan chiffré, c'est 6 défaites sur 13 matchs, 28 points seulement, pas de bonus ...

FA : "On est conscient de ça. Autant en coupe d'Europe, on est capables de marquer un bonus, autant en Top 14, on n'a pas été capable de les consolider, la semaine dernière, déjà, à la maison contre Castres. Là (face au Racing NDLR), c'est vrai qu'on aurait pu espérer ramener bien plus, honnêtement quand on voit le match et les erreurs qu'on a commises ... Je ne pense pas qu'il y ait un manque d'implication, c'est juste de la justesse, il faut travailler sur nos répétitions d'exercices pour pouvoir avoir une bonne cohésion et un bon timing entre les lignes."

Sur ce match, c'était trop approximatif

Il y avait quand même pas mal de fébrilité sur ce match. On a vu 10 en-avants, des visages crispés, même le vôtre pendant le match ... Il y a une tension ? 

FA :  "Bien sûr parce qu'on a envie ! On voit qu'on travaille donc on a envie de voir les choses aboutir et d'être récompensés. Maintenant, sur ce match, c'était trop approximatif dans la réalisation pour pouvoir espérer mettre les ballons derrière la ligne. On a beaucoup d'occasions d'essais, mais on ne valide pas. C'est ce qu'on est en train de débriefer depuis ce matin. Ce week-end il nous faudra de la précision face à cette équipe de l'Ulster."

Ce qu'il faut, c'est être plus précis, c'est plus de prise de responsabilité sur le terrain

Comment sont les joueurs ? Est-ce qu'ils sont affectés par ce manque de réussite ?

FA : "Bien sûr, ils sont conscients de notre situation sur le Top 14, sur la Champion's Cup et sur la manière dont on doit maîtriser ça. Il ne s'agit pas de venir petit et de se dire "il faut moins jouer". Ce qu'il faut, c'est être plus précis, c'est plus de prise de responsabilité sur le terrain et dans l'entraînement pour pouvoir se protéger de ces mauvais gestes."

Après la défaite à Toulon, vous aviez poussé un coup de gueule. Vous aviez mis les "points sur les i". Quelle a été votre attitude ce matin ?

FA: C'est simplement ce que j'ai dit après le match. En terme de comportement, tout le monde s'est envoyé. On finit à 8 points, on est proche de pouvoir ramener ce bonus. Quand on regarde vraiment le match, on avait la capacité de pouvoir l'emporter. Maintenant, il ne faut pas se mentir non plus. Il nous reste des choses à gommer, à travailler. C'est ce qu'on a fait à l'entraînement cet après-midi : continuer d'essayer de progresser pour pouvoir être efficaces près des lignes et scorer. 

Il y a à peu près deux équipes qui sont protégées. Les douze autres, elles n'ont aucune certitude

Est-ce que ça vous inquiète, vous, personnellement, cette pression par rapport à la qualification, le fait de ne pas être dans les six ?

FA : On est à la moitié ! Je ne vous dis pas qu'on est confortable, je dis qu’aujourd’hui , dans cette situation là, il y a à peu près deux équipes qui sont protégées. Les douze autres, elles n'ont aucune certitude. On fait partie de celles-là. On ne va pas compter sur la réussite ou la non réussite des autres : c'est nous qui allons devoir maîtriser notre destin. On va devoir être très précis, réaliste et rentrer des points sur cette deuxième phase. Honnêtement, le Top 14 aujourd'hui, j'ai envie de le mettre de côté et de me concentrer sur ce qui est à venir et ce gros morceau qu'est la venue de l'Ulster. 

Certains observateurs disent que votre équipe est peut-être en fin de cycle, qu'il y a un passage difficile avec beaucoup de joueurs qui vont quitter le club à la fin de la saison. C'est votre observation aussi ? 

FA : Ça n'est pas la fin d'un cycle, il y a besoin de tout le temps être en mouvement, que ce soit dans les joueurs ou dans le staff. Il y a une génération qui est là, et comme chaque année il y a des changements, il y a des garçons qui vont être amenés à quitter le club. Ça fait partie du renouvellement pour aider à garder une équipe compétitive. C'est toujours des choix difficiles parce que forcément, on s'attache aux garçons. En principe, les gens restent chez nous entre cinq et six ans, donc forcément, il y a une histoire qui se crée. Ça fait partie du renouvellement nécessaire pour apporter du peps et du renouveau dans nos lignes.

Est-ce que ça vous amène à revoir la stratégie de recrutement ? On sait que vous cherchez à récupérer un talonneur de plus, un arrière éventuellement ?

FA : On est en train de regarder ça. C'est lié aussi au nombre d'internationaux qu'on aura, au salary cap qu'on devra respecter. La notion de JIF aussi est importante là-dedans. Ce sont des choses auxquelles on réfléchit, et ça ne date pas d'aujourd'hui ! Ça fait 10 ans qu'on est dans cette réflexion en permanence sur comment anticiper mieux l'effectif dans un mois, dans un an, dans cinq ans pour pouvoir avoir toujours une équipe de haut niveau. 

Si on a peu de joueurs sélectionnés en équipe de France, il faudra en tirer profit pendant la période du tournoi

L'équipe de France, justement ... La première liste de Fabien Galthié sera publiée mercredi. Il y aura peut-être moins de Clermontois qu'habituellement. On était habitué à sept ou huit joueurs, ça sera peut-être trois ou quatre. Ça aussi, il va falloir s'adapter ? 

FA : Ça a ses avantages et ses inconvénients. Il faudra en tirer profit pendant la période du tournoi si on en a peu. On avait l'habitude d'être très impacté à cette période-là. C'est aussi laisser le temps aux autres d'émerger, de devenir des titulaires en puissance à l'ASM pour pouvoir taper à la porte de l'équipe de France. 

L'Ulster sera un bon test pour nous

Ça va très vite en matière de calendrier. Il y a la Coupe d'Europe samedi, cette réception de l'Ulster. C'est le match décisif pour récupérer un quart de finale ?

FA : Il ne sera pas éliminatoire. Ce qui est important c'est de gagner au moins un match, mais forcément, ce qui nous intéresse, c'est cette confrontation directe avec l'Ulster. On sait qu'on avait laissé des points là-bas. On avait même été bien secoués. C'est une très bonne équipe, un groupe très combattant, beaucoup de solidarité, de cohésion. L'année dernière, sans un ballon échappé dans l'en-but, elle se retrouvait en finale de Champions Cup ! Elle a beaucoup d'expérience dans ces matchs au couteau. Ce sera un bon test pour nous ce week-end !

Avec la possibilité peut-être de récupérer un quart de finale à domicile. Ce sera l'objectif ? 

FA : Oui, si on est capable de faire le travail à domicile ce week-end contre l'Ulster, on essaiera d'aller chercher ça même si c'est très serré. Mais d'abord, on va essayer de se qualifier pour un quart de finale.

Sur le même sujet

Les + Lus