La marée populaire mobilise 2000 personnes à Clermont-Ferrand contre la politique d’Emmanuel Macron

Egalité, justice et solidarité, mots d'ordre de cette marée populaire à Clermont-Ferrand / © Baptiste Galmiche - France 3 Auvergne
Egalité, justice et solidarité, mots d'ordre de cette marée populaire à Clermont-Ferrand / © Baptiste Galmiche - France 3 Auvergne

Partis politiques et syndicats avaient appelé à une "marée populaire" contre la politique d’Emmanuel Macron et du gouvernement. A Clermont-Ferrand la manifestation était festive, elle n’a mobilisé que 2000 personnes environ.

Par Cyrille Genet

De la place du 1er mai à la place de Jaude, un trajet habituel pour la "marée populaire" samedi 26 mai à Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme. Partis politiques et syndicats avaient appelé à manifester contre la casse sociale du gouvernement. Avec près de 2000 participants, la démonstration est un peu décevante pour la CGT, tout le monde n’a pas répondu à l’appel : "aujourd’hui peut-être que le coefficient de marée n’est pas très fort, mais on va continuer à impulser la mobilisation des salariés, des citoyens parce qu’il faut que le gouvernement opère d’autres choix" dit Julien Pauliac, le secrétaire général de la CGT du Puy-de-Dôme.

Coté politique on défilait sous les bannières de Lutte Ouvrière, de la France Insoumise, du PCF… "Je trouve ça tout à fait normal que le monde syndical et le monde politique puissent œuvrer ensemble pour faire évoluer la société" explique Valérie Goléo de la France Insoumise à Issoire.

La marée populaire à Clermont-Ferrand
Environ 2000 personnes ont défilé à l’occasion de la marée populaire à Clermont-Ferrand. Intervenants : Julien Pauliac, secrétaire général CGT ; Jacques Cocheux, secrétaire général CGT Santé 63, Paco Pellouche, militant UNEF Auvergne, Valérie Goléo, France Insoumise Issoire. - Reportage : Baptiste Galmiche, Christian Darneuville. Montage : Benoit Courtine.

Dans le cortège des cheminots, des étudiants, des personnels de santé et des défenseurs des migrants ralliés à la convergence des luttes :" il y a des gens qui sont d’aide à domicile et qui ont un statut très précaire" témoigne Jacques Cocheux, le secrétaire général de la CGT Santé 63, "qui vont tous les jours faire quelques heures, des contrats très minimes et aujourd’hui les gens souffrent par rapport à la politique".

La manifestation s’est terminée avec un forum des luttes place de Jaude pour interpeller les passants.

Sur le même sujet

Les + Lus