Météo : 20°C un 14 février dans le Puy-de-Dôme, un record ?

Alors que les températures sont très douces à la mi-février 2019 dans le Puy-de-Dôme, c'est surtout un important déficit de précipitations qui caractérise ce début d'année. / © A. Warmuth / MaxPPP
Alors que les températures sont très douces à la mi-février 2019 dans le Puy-de-Dôme, c'est surtout un important déficit de précipitations qui caractérise ce début d'année. / © A. Warmuth / MaxPPP

Le soleil et la douceur sont de retour en cette mi-février, dans le Puy-de-Dôme, et plus généralement dans toute l'Auvergne, et devraient perdurer jusqu’à la fin du mois. Mais plus que les températures, ce sont les précipitations qui diffèrent des normales de saisons.

Par AC

Le Puy-de-Dôme enregistre des températures très douces en cette première moitié de février 2019. Les Auvergnats se baladent avec de légers manteaux, chauffés par le soleil sous un ciel intégralement azur. Avec des températures avoisinant les 20°C, la situation peut paraître inhabituelle.

En réalité, si cette douceur est remarquable, elle n'est pourtant pas exceptionnelle. Comme le montrent les données d'Infoclimat, il a déjà fait jusqu'à 26°C le 28 février 1960 à Clermont-Ferrand. À l'inverse, il y a exactement 90 ans, le 14 février 1929, était enregistrée dans la ville la température la plus froide de France en plaine : -29° celsius. 90 ans plus tard, le record est toujours bien en place.
Mais si l’hiver 2019 est un peu plus doux que d’habitude dans le Puy-de-Dôme, il est surtout plus sec. « À l’exception des sommets du Sancy, l’ensemble du département accuse un déficit de précipitations, note Nathalie Jolibert, du centre clermontois de Météo France¸ sur la façade Est, on trouve des valeurs inférieures de 15 à 20% par rapport aux moyennes de saisons, et plus on remonte vers le Nord-Ouest, plus cela s’assèche, avec par endroits des déficits de 40%. » Le mois de janvier semblait pourtant avoir amené son lot de précipitations, mais si elles étaient régulières, les perturbations sont restées assez faibles. L’été précédent avait déjà été marqué par d’importantes sécheresses.

Côté températures, cette saison s’établit aux alentours des normales, quoiqu’un peu plus douces, notamment sur les zones de plaines comme sur la Limagne où on mesure environ 1° celsiusde plus. Jusqu’à la fin février, les journées devraient dans l’ensemble rester très douces malgré des gelées en plaine le matin.
Quant à savoir si Clermont-Ferrand égalera un jour son record du 14 février 1929 de -29° celsius, rien n’est moins sûr. « Au regard du réchauffement climatique, c’est de moins en moins probable, estime Nathalie Jolibert, mais on ne peut bien sûr pas dire que ça ne se reproduira absolument jamais, on aura probablement encore de l’air froid, comme en 2012, quand nous avions eu des gelées à -18°C. »

Sur le même sujet

Les + Lus