Des usagers de la ligne SNCF de l'Aubrac Clermont-Ferrand Béziers dénoncent la disparition programmée de cette liaison ferroviaire. Ces voyageurs et militants du train se sont mobilisés le 28 février devant la gare de Saint-Chély d'Apcher (Lozère).

Samedi 28 février, les usagers de la ligne SNCF Clermont-Ferrand Neussargues Béziers ont manifesté contre la disparition programmée de cette ligne fin 2015. Dans la matinée, les wagons étaient complets. Tous les voyageurs voulaient dénoncer une politique ferroviaire jugée destructrice.


La mort du monde rural


"C'est une lente agonie qui a commencé 25, 30 ans en arrière. On a commencé déjà à mettre des horaires impossibles pour les trains, pour que les gens ne puissent pas le prendre. Petit à petit, on a commencé à enlever des trains. Puis on a commencé à ralentir les vitesses", explique Jacky Tello, président du comité pluraliste de défense de la ligne Béziers-Neussargues-Clermont-Ferrand. 

Prés de 400 personnes se sont rassemblées devant la gare de Saint-Chély d'Apcher (Lozère). Elles craignent une fermeture de la ligne au 1 er décembre 2015 et militent pour la survie des zones rurales de la région. 

L'avenir économique suscite également des inquiétudes. Malgré les convois de marchandise qui transportent l'acier de l'usine Arcelor Mittal de Saint-Chély d'Apcher, la pérennité de la ligne de la SNCF n'est pas assurée.

Reportage Mathilde de Flamesnil et Régis Dequeker. Intervenant : Jacky Tello, Président du Comité Pluraliste pour la ligne Clermont-Neussargues-Béziers