Clermont-Ferrand : le patron de la CGT du Puy-de-Dôme devant la justice

Une manifestation de soutien a eu lieu lundi 5 novembre matin devant l'AIA de Clermont-Ferrand, où Julien Pauliac est salarié. / © Christian Lamorelle / France 3 Auvergne
Une manifestation de soutien a eu lieu lundi 5 novembre matin devant l'AIA de Clermont-Ferrand, où Julien Pauliac est salarié. / © Christian Lamorelle / France 3 Auvergne

Julien Pauliac, secrétaire général de l'union départementale de la CGT du Puy-de-Dôme a été relaxé par le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand lundi 5 novembre 2018. Il était convoqué pour l'organisation d'une manifestation au péage de Gerzat en juillet 2017.
 

Par Catherine Lopes

Julien Pauliac a été relaxé. Le secrétaire général de l'union départementale de la CGT du Puy-de-Dôme était convoqué devant le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand lundi 5 novembre 2018 à 14 heures. Le 8 juillet 2017, le leader syndical est au péage de Gerzat avec d'autres militants pour distribuer des tracts sur la loi travail. Mais la société d'autoroute APRR porte plainte et dénonce un manque à gagner de plus de 40 000 euros.
Julien Pauliac, poursuivi pour manifestation interdite, affirme pourtant avoir informé la Préfecture de ce tractage au péage de Gerzat. Il explique : "Cette convocation est politique. On constate un véritable acharnement. C'est clairement une agression patronale anti-syndicale. Je souhaite une relaxe totale et un arrêt des poursuites".
 

Deux rassemblements de soutien



A quelques heures de son procès il a indiqué : "Il y a des hauts et des bas quand on est dans les rouages de la justice. Ca atteint le bonhomme. Mais je me réjouis des soutiens que l'on m'apporte". Julien Pauliac estime que "cette répression syndicale est un des moyens politiques pour freiner l'engagement syndical".
Le secrétaire général de la CGT 63 a reçu le soutien d'autres syndicats comme FO, l'UNSA et FSU Solidaires.
Deux rassemblements de soutien étaient organisés lundi 5 novembre : à partir de 9 heures à l'AIA, la société aéronautique où Julien Pauliac est salarié, et dès 12h devant le palais de justice de Clermont-Ferrand.
 

 

Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus