Réforme des retraites : ce que vos députés d’Auvergne ont prévu de voter

Alors que l’Assemblée Nationale doit voter ce jeudi 16 mars à 15 heures le très controversé texte de la réforme des retraites, l’issue est plus que jamais incertaine et l’Assemblée divisée. Pour ou contre, voici ce que vos députés en Auvergne annoncent vouloir voter.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'incertitude plane toujours sur l'issue du vote attendu ce jeudi 16 mars à l'Assemblée nationale sur la réforme des retraites. Pour que la réforme soit adoptée, il faudra un nombre de voix favorables supérieur à celui des voix "contre", sans nécessité d'atteindre le seuil de la majorité absolue dans l'hémicycle. Voici les positions des députés d’Auvergne, à quelques heures du vote.

Dans le Cantal, la situation est extrêmement simple : les deux députés Les Républicains se positionnent défavorablement et ont annoncé vouloir voter contre le texte. « Je ne suis pas favorable au recul de l’âge légal de départ, mesure qui relève selon moi d’une approche purement comptable. Je considère enfin que le moment est mal choisi pour engager une telle réforme », a indiqué Vincent Descoeur.

  • Jean-Yves Bony (LR) : Contre
  • Vincent Descoeur (LR) : Contre

En Haute-Loire, les positions des deux députés Les Républicains sont identiques à celles de leurs homologues du Cantal :

  • Jean-Pierre Vigier (LR) : Contre
  • Isabelle Valentin (LR) : Contre

Dans l’Allier, les opinions sont plus contrastées. Si le député du Parti Communiste s’est clairement positionné défavorablement, le député Rassemblement National n’a pas répondu à nos sollicitations. Si l’on en croit la ligne du parti et les récentes publications de Jorys Bovet sur les réseaux sociaux, il serait contre la réforme. L’élu Les Républicains Nicolas Ray ne nous a pas communiqué sa position.

  • Jorys Bovet (RN) : Non communiqué (plutôt contre)
  • Nicolas Ray (LR) : Non communiqué
  • Yannick Monnet (PCF) : Contre

Dans le Puy-de-Dôme, les 3 députés élus sous la bannière de la Nupes se sont tous les trois déclarés défavorables à la réforme, conformément à la ligne de leurs partis respectifs. Ils ont d’ailleurs tous participé à diverses manifestations contre la réforme. Quant aux deux députées Modem, elles ont indiqué qu’elles voteraient pour la réforme. « Je voterai ce texte même s’il me semble qu’il comporte des améliorations possibles (retraite des femmes, carrières longues, soutien à l’employabilité des seniors, métiers pénibles) », indique l’élue Delphine Lingemann. « Je crois qu’on doit maintenant être raisonnable et qu’on doit voter cette réforme. Elle est indispensable car c’est un système qui, financièrement, ne peut pas tenir », déclare quant à elle Laurence Vichnievsky.

  • André Chassaigne (PCF) : Contre
  • Marianne Maximi (LFI) : Contre
  • Christine Pirès-Beaune (PC) : Contre
  • Delphine Lingemann (MoDem) : Pour
  • Laurence Vichnievsky (MoDem) : Pour

Au total, en Auvergne, 8 députés ont annoncé qu’ils voteraient contre la réforme, 2 ont annoncé qu’elles voteraient pour et 2 n’ont pas donné leur position. Si l’Auvergne était la France, la réforme ne serait pas votée.

Les députés contre en France

Les 88 députés RN, ainsi que les 150 députés de la Nupes (en comptant le député du Nord Adrien Quatennens, actuellement suspendu du groupe LFI et siégeant parmi les non-inscrits), voteront contre la réforme. Au sein du petit groupe indépendant LIOT, qui compte 20 députés, 16 devraient voter contre, selon une source interne. Dans le camp présidentiel, seul le député Horizons Yannick Favennec a annoncé un vote contre la réforme. C'est du côté du groupe LR, et de ses 61 députés sur lesquels compte l'exécutif pour faire adopter son texte, que l'évaluation est la plus fluctuante. Malgré les concessions obtenues, notamment sur le dispositif des carrières longues, ils seront "entre 15 et 20" à s'opposer à la réforme, estimait mercredi soir le député LR du Territoire de Belfort, Ian Boucard. Plutôt "20 contre, et 5-6 abstentions", chiffre jeudi matin un responsable du groupe. Outre M. Quatennens, trois autres députés non-inscrits devraient également voter contre. L'addition des voix contre pourrait donc se situer entre 273 et 279 voix.

Ceux qui veulent voter pour

Au sein du groupe macroniste Renaissance (170 députés), en tenant compte des quelques députés réticents qui devraient s'abstenir à l'image de Barbara Pompili, il devrait y avoir au moins 165 voix favorables. Parmi leurs alliés, ils devraient avoir le renfort d'au moins 26 députés Horizons (sur 29) et de 50 Modem (sur 51). Le petit groupe LIOT pourrait également apporter au moins une voix favorable, même si certains hésitaient encore mercredi soir entre vote favorable et abstention. Du côté de LR, les voix "pour" devraient se situer entre 35 et 40, selon les interlocuteurs interrogés. Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau table lui sur seulement "entre 30 et 35 pour". La somme des voix "pour" serait donc comprise dans une fourchette entre 277 et un peu plus de 280 voix. Un décompte qui confirme que le résultat se jouera sur le fil.

-Avec AFP